Séparatisme : « Non les évangéliques ne sont pas une menace pour la République ! »

Lundi 4 janvier, les représentants des différentes religions ont été auditionnés à l’Assemblée nationale pour s’exprimer sur le projet de loi visant à lutter contre l’islamisme radical. La question des cultes évangéliques a notamment été soulevée lors de l’audition de François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France.

Mis en ligne le 5 janvier 2021 Imprimer Imprimer

Le projet de loi « confortant le respect des principes de la République » sera examiné au début du mois de février à l’Assemblée nationale. En attendant, les représentants du culte juif, bouddhiste, orthodoxe, catholique, protestant et catholique ont été auditionnés tour à tour lundi 4 janvier. Le représentant du culte musulman sera auditionné mercredi.

Ce projet de loi suscite dans l’ensemble de nombreuses réticences que les représentants des différents cultes n’ont pas manqué d’exprimer notamment en ce qui concerne le renforcement du contrôle de l’Etat sur les cultes.

Lors de l’audition de François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France (FPF),  le président de la commission spéciale, François de Rugy a évoqué la situation des « cultes émergeants », faisant référence aux chrétiens évangéliques.

« Est-ce que vous ne croyez pas messieurs que la question de l’organisation et de fixer un certains nombres de règles pour des cultes émergeants pourrait concerner certaines communautés protestantes ? Beaucoup de collègues disent et je le partage d’ailleurs que ce qui est souvent le sujet c’est l’islam en général, l’islam de France et les dérives intégristes, donc islamistes de l’islam. […] Et en même temps on voit partout émerger sur le territoire, notamment dans les grandes villes, lié souvent à une immigration d’ailleurs venant de pays plutôt anglophones […], des communautés protestantes différentes que celles qui étaient traditionnellement implantées en France. »

Le président de la commission spéciale a notamment demandé à François Clavairoly si cette loi ne pourrait pas concerner aussi ces « communautés émergentes » pour « organiser cette liberté de culte mais aussi veiller à ce qu’il n’y est pas de dérives. »

Une question qui a suscité une forte réaction de la part du président de la Fédération protestante de France qui a tenu avant tout à restituer le contexte des églises évangéliques en France, qui ne sont pas nécessairement issues de la migration anglo-saxonne.

« Lorsque vous évoquez les milieux évangéliques issus de la migration anglo-saxonne. Non ! Il s’agit de protestants français ou étrangers qui sont chrétiens, citoyens ou non de son pays. Ils ne sont pas tous issus de la migration et encore moins de la migration anglo-saxonne. C’est le Congo, le Cameroun, le Togo. c’est aussi la Chine, c’est aussi le Brésil, la Corée. C’est une multitude de réalités socio-culturelles et spirituelles qui n’ont rien à voir avec une menace, un danger. Ce sont des populations qui expriment leur foi comme ils l’exprimaient dans leur pays depuis des décennies, des siècles, et qui arrivé ici essayent de vivre la même chose. »

François Clavairoly a également rappelé que « les évolutions sociologiques concernant la religion sont étudiés au microscope par les spécialistes » ajoutant que les protestants connaissent bien le sujet et que de fait, il n’en tirent pas « des conséquences idéologiques pour faire croire qu’il y a là une menace vis-vis de la République ou des valeurs et des principes de la République ».

Le président de la FPF s’est alors exclamé :

« Non les évangéliques ne sont pas une menace pour la République ! Il ne faut pas exagérer ! Ça suffit ce discours de soupçon à l’égard du christianisme dans sa version évangélique. »

Il a tout de même assuré que si le « protestantisme » dans ce contexte, « alerte et conteste », il souhaite tout de même « construire ce projet de loi dans l’équilibre et la confiance non dans le déséquilibre et la défiance ».

Source : Info Chrétienne

____________________________________

Voir l’extrait de vidéo de l’intervention de François Clavairoly. (à 1h35’42 »)

Sur le même thème :

 


Partagez cette page
Facebooktwittermail