Quand TF1 et l’Oréal s’engagent pour la GPA

Malgré l’interdiction de la gestation pour autrui (GPA), des filières ont vu le jour dans notre pays. Y interviennent des Français qui, très souvent, ont eu eux-mêmes un enfant par l’intermédiaire d’une mère porteuse à l’étranger. Des entreprises se montrent également très conciliantes, comme TF1 ou l’Oréal. En toute impunité.

Mis en ligne le 10 février 2021 Imprimer Imprimer

Malgré l’interdiction de la gestation pour autrui (GPA), des filières ont vu le jour dans notre pays. Y interviennent des Français qui, très souvent, ont eu eux-mêmes un enfant par l’intermédiaire d’une mère porteuse à l’étranger. Des entreprises se montrent également très conciliantes, comme TF1 ou l’Oréal.

Depuis avril 2020, les employés de TF1 peuvent désormais bénéficier de congés parentaux après avoir fait appel à une mère porteuse à l’étranger – ils sont plusieurs dans ce cas. « C’est un engagement personnel de la part d’Arnaud Bosom [un des responsables RH] », nous déclare Sophie Danis, « directrice communication RSE, business, innovation et digital » du groupe. Et d’ajouter : « Chez TF1, on est engagés pour la GPA, tant dans notre politique interne que dans le choix de l’angle de nos reportages. »

Au printemps dernier, L’Oréal a posté sur Facebook un message public en anglais de soutien et de félicitation à Adrien Koskas, le président de sa marque Garnier, pour ses jumelles nées par mère porteuse à l’étranger. « Adrien a pris du temps off pour se consacrer à son rôle de papa. L’entreprise le soutient depuis le début de son parcours de gestation pour autrui. » La multinationale met en place une campagne sur la « paternité atypique » et y raconte notamment « l’histoire inspirante » du dirigeant.

Le recours aux mères porteuses serait-il devenu la nouvelle marotte sociétale du monde de l’entreprise ?

Retrouvez l’intégralité de notre enquête sur le site de Marianne : « Les réseaux de la GPA ».

Source : Marianne

Partagez cette page
Facebooktwittermail