L’Eglise méthodiste du Royaume-Uni autorise les mariages homosexuels

La Conférence méthodiste du Royaume-Uni a voté à une large majorité une résolution autorisant les Eglises du pays à célébrer des mariages homosexuels. En France, l’UEEMF a affirmé sa volonté de maintenir en l’état du Règlement de l’Église sur le mariage, la sexualité humaine et l’accès au ministère pastoral, et de s’opposer à tout projet qui impliquerait la cohabitation de positions diamétralement opposées sur ces questions.

Mis en ligne le 5 juillet 2021 Imprimer Imprimer

La conférence nationale, réunie la semaine dernière à Birmingham, a voté mercredi 30 juin une résolution par lequel elle «donne son accord de principe à la célébration de mariages de couples du même sexe dans des lieux de culte méthodistes et par des pasteurs, pasteurs suffragants ou membres d’Eglises méthodistes, dans la mesure où la loi de la juridiction en vigueur l’autorise ou l’exige et conformément aux autres conditions imposées, le cas échéant, par la loi».  La résolution a été adoptée à une très large majorité, à 254 voix contre 46.

Pour adopter cette résolution, l’Eglise méthodiste a dû modifier ses textes fondamentaux, qui définissaient jusqu’ici le mariage comme étant exclusivement une union entre un homme et une femme.

Clause de conscience pour les pasteurs

Une clause de conscience prévue dans la résolution signifie que les pasteurs qui ne souhaitent pas célébrer de mariages homosexuels n’y seront pas contraints. Une autre résolution adoptée lors de cette conférence prévoit de reconnaître, d’accepter et de célébrer l’amour et l’engagement des couples non mariés qui vivent ensemble.

Les premiers mariages de couples du même sexe sont prévus cet automne. L’Eglise méthodiste est ainsi devenue la plus grande dénomination au Royaume-Uni à accepter de célébrer les mariages homosexuels. L’Eglise anglicane, ainsi que l’Église catholique, refusent toujours de les célébrer.

Scission au niveau international

Au niveau international, en janvier 2020, une scission à l’amiable a été la solution trouvée par l’Eglise Méthodiste Unie (UMC) après depuis plusieurs décennies de division à cause d’un conflit lié à sa position sur le mariage homosexuel. En février 2019, les délégués de l’UMC, réunis en session extraordinaire à Saint-Louis aux Etats-Unis avaient voté le maintien de la position traditionnelle rejetant le mariage homosexuel et l’ordination d’un clergé «homosexuel pratiquant auto-proclamé».

Source : Évangélique. Info

______________________________________
.
Ndlr concernant la situation en France

L’Assemblée Générale de l’Union des Églises évangéliques méthodiste de France s’est réuni le 26 juin et a pu échanger sur la question de la bénédiction des couples homosexuels et l’ordination des pasteurs homosexuels. À la suite des ces échanges, plusieurs motions ont pu être adoptées dont la principale est la volonté affirmée de maintenir en l’état du Règlement de l’Église sur le mariage, la sexualité humaine et l’accès au ministère pastoral, (c’est à dire de conserver une conception dite « traditionnelle » interdisant les bénédictions de couple homosexuels et l’ordination de pasteurs homosexuels). A également été approuvé le refus de tout projet d' »Église Unique » qui impliquerait la cohabitation de positions diamétralement opposées sur ces questions (c’est à dire de permettre à l’intérieur d’un même groupement d’églises une application différente de ces règles, les unes considérant les comportements homosexuels comme un péché, les autres non).
Cette motion pourrait conduire à terme l’UEEMF à se détacher de l’Union Méthodiste Mondiale (UMC) si cette dernière venait à modifier les règles actuelles en vigueur.

Partagez cette page
Facebooktwittermail