La dignité ne tient jamais qu’à un fil, le fil de la relation

Depuis les Lumières, l’idée que « la dignité serait un attribut de l’Homme et qu’elle consiste principalement en son autonomie » s’est répandue. Le terme est désormais largement invoqué dans le débat sur l’euthanasie.

Mis en ligne le 27 avril 2021 Imprimer Imprimer

Depuis les Lumières, l’idée que « la dignité serait un attribut de l’Homme et qu’elle consiste principalement en son autonomie » s’est répandue. Le terme est désormais largement invoqué dans le débat sur l’euthanasie.

Pourtant, écrivait Michel Houellebecq il y a quelques semaines (cf. Euthanasie : des médecins disent non, et ils ne sont pas les seuls) :

« Je n’ai guère eu l’impression, tout au long de ma vie, de manifester une dignité exceptionnelleet je n’ai pas l’impression que ce soit appelé à s’améliorer. (…) Bon, et alors ? Si c’est ça, la dignité, on peut très bien vivre sans ; on s’en passe. Par contre, on a tous plus ou moins besoin de se sentir nécessaires ou aimés »

Ainsi, insiste le philosophe Martin Steffens,

« la dignité est ce dont on manque. Elle est ce que nous prête autrui quand il prend soin de nous. Le bébé humain ne naît ni libre, ni égal en dignité. Il n’est pourvu d’aucun droit qu’il puisse se revendiquer. Il n’est qu’un cri, une supplique, pour celle et celui qui répondront de lui. S’il se sait digne, c’est dans les yeux de sa mère, tant que dure son regard ».

La dignité, loin d’être « un attribut intrinsèque de ma personne », ne tient « jamais qu’à un fil, le fil de la relation ».

Source : Généthique

__________________________________

Sur le même thème :

 


Partagez cette page
Facebooktwittermail