Elle est mère de 10 enfants nés par GPA, et ce n’est que le début

Christina Ozturk à 23 ans est déjà mère de 11 enfants. La dernière, Olivia, est née il y a un mois. Tous sont ses enfants d’un point de vue génétique, bien qu’elle n’ait porté que l’un d’entre eux, Vika née il y a six ans. Les dix autres sont nés par gestation par autrui au cours des deux dernières années. Mais la jeune femme russe et son mari, Galip Ozturk, un homme d’affaires d’origine turque de 56 ans, ne comptent pas en rester là…

Mis en ligne le 9 mars 2021 Imprimer Imprimer

Vidéo en fin d’article : Les chaînes de la GPA – Journée internationale de droits des femmes

Christina Ozturk à 23 ans est déjà mère de 11 enfants. La dernière, Olivia, est née il y a un mois. Tous sont ses enfants d’un point de vue génétique, bien qu’elle n’ait porté que l’un d’entre eux, Vika née il y a six ans[1]. Les dix autres sont nés par gestation par autrui au cours des deux dernières années. Mais la jeune femme russe et son mari, Galip Ozturk, un homme d’affaires d’origine turque de 56 ans, ne comptent pas en rester là. Christina a même été jusqu’à évoquer un « maximum » de 105 enfants sur son compte Instagram. « Un nombre aléatoire » a-t-elle toutefois reconnu. Et pour mener leur projet à bien, le couple est prêt à dépenser ce qui sera nécessaire. Le coût de chaque grossesse s’élève à 8 000 euros.

Une procédure bien rôdée ?

Christina et Galip vivent à Batumi, en Géorgie, où la GPA est légale. « La clinique de Batumi choisit les mères porteuses pour nous et assume l’entière responsabilité du processus, explique la jeune femme. Nous ne connaissons pas personnellement les mères porteuses et n’avons pas de contacts directs avec elles afin d’éviter les problèmes après la grossesse. » Des « problèmes » apparemment déjà rencontrés par le couple. En effet, il arrive que la mère de substitution s’attache à l’enfant qu’elle a porté pendant neuf mois et refuse de l’abandonner, bien que la loi de Géorgie l’y oblige. Christina a laissé entendre qu’elle avait déjà obligé une femme à lui remettre son enfant[2].

L’enfant devenu un produit de consommation ?

D’aucuns prétendent que la gestation par autrui est une pratique qui serait à réguler. Mais une pratique qui consiste en l’abandon programmé et contractualisé d’un enfant n’est-elle pas en elle-même le problème ? Dès lors que l’enfant est considéré comme un objet qui peut faire l’objet d’un contrat, n’a-t-on pas déjà remisé l’intérêt de l’enfant ? « Traité comme un produit de marché, l’enfant perd le bénéfice de la protection naturelle ou légale dont il aurait bénéficié en temps ordinaire, affirme Olivia Sarton, directrice scientifique de l’association Juristes pour l’enfanceLe marché en effet pour fonctionner – c’est à dire pour s’étendre et générer des bénéfices – s’interdit toute intervention qui pourrait freiner l’offre et la demande. Il permet alors à un désir de devenir tout-puissant, absolu, voire totalitaire puisqu’il ne rencontre plus aucune limite. »

La disparition de toute limite

« Dans le monde qui a été le nôtre jusqu’à ces dernières années, le désir de famille nombreuse d’une femme ou d’un couple est limité par la nature même du corps de la femme qui ne lui permet pas de donner naissance à plus d’un certain nombre d’enfants (cette limite s’appliquant aussi bien à un instant T pour une naissance multiple, que pour le nombre maximal de grossesses et de naissances au cours de la vie de la femme) », rappelle Olivia Sarton. Un désir également « limité dans un cadre légal » précise-t-elle. En effet, « un couple souhaitant adopter des enfants ne peut se voir confier qu’un nombre d’enfants estimé, par les différents acteurs intervenant dans le processus de l’adoption, comme conforme à l’intérêt de ces enfants ». Une limitation naturelle ou légale qui « permet ainsi normalement à chaque enfant d’avoir la garantie d’un cadre propice à son développement ». Mais « avec la gestation par autrui, cette double limite naturelle et légale disparaît au détriment de l’intérêt de l’enfant » regrette Olivia Sarton.

Tous les enfants qui naîtront de la volonté de Christina et Galip ne manqueront assurément de rien sur le plan matériel. Un sort enviable ?

[1] The Sun, Mum-of-11 is so addicted to having kids she wants 100 CHILDREN using surrogates costing £800,000

[2] BioEdge : A Russian woman wants 105 surrogate babies – and has the money to pay for them

Source : Généthique

___________________________________

Vidéo : Les chaînes de la GPA – Journée internationale de droits des femmes – 07/03/2021

 

Voir l’album photos de l’évènement

Sur le même thème :

 


Partagez cette page
Facebooktwittermail