L’Assemblée nationale a voté à l’unanimité l’interdiction des « thérapies de conversion »

Le 8 octobre 2021

Les « pratiques comportements ou propos répétés visant à modifier ou réprimer l’orientation sexuelle ou l’identité de genre » d’une personne et « ayant pour effet une altération de sa santé physique ou mentale » seront désormais punies de deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende. La sanction peut être portée à trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende en cas de circonstances aggravantes : victime mineure ou dépendante ou dont l’auteur est un ascendant.

La ministre déléguée à l’Egalité, Elisabeth Moreno a estimé que cette proposition de loi peut permettre de « sauver des vies ». « Il n’y a rien à guérir. Etre soi n’est pas un crime, on ne doit pas chercher à modifier l’identité de genre ou l’orientation sexuelle» des personnes. »

Le Sénat doit encore entériner le texte

Le Sénat doit encore entériner le texte, mais le Parlement achevant ses travaux fin février, en raison de l’élection présidentielle d’avril, Libération s’interroge si le texte pourra aboutir. Les actes dénoncés sous l’expression « thérapies de conversion » sont déjà illégaux et peuvent déjà tomber sous le coup de la loi : violences volontaires, abus de faiblesse, exercice illégal de la médecine, harcèlement ou discrimination. La proposition de loi « ne sert à rien juridiquement mais permet d’alerter et de rappeler que c’est illégal, alors que certaines structures font croire le contraire », assure un parlementaire.

La ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa avait annoncé le 13 septembre avoir confié à la Miviludes une mission « sur la pratique indigne » des « thérapies de conversion » qui visent à modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre.  Celle-ci devra « quantifier » le phénomène et « analyser en particulier sa dimension de dérive sectaire », alors que plusieurs organisations « spirituelles» ont été pointées du doigt lors d’auditions parlementaires.

Source : Evangéliques.info

____________________________________

Ndlr. Il ne fait plus aucun doute que ce projet de loi, inutile par ailleurs, juste pour rappeler que c’est illégal (!) ne fait que confirmer sa dimension idéologique et un signal fort à la communauté LGBT avant les élections présidentielles.

Sur le même thème :

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Les deux lauréats climatologues sont impliqués dans les « procédures d'ajustement des modèles ». Le seul mot d’ajustement est suspect quand il s’agit d’une modélisation. En effet, nos deux lauréats ont été les grands artistes d’introduction de « flux d’ajustements » dans les modèles numériques quand ceux-ci s’éloignent des observations.

Revue de presse

« Dieu, la science, les preuves » : l’aube d’une révolution ?

Voilà que ce scientisme tout-puissant auto-proclamé est battu en brèche … par la science elle-même ! Celle-ci s’est comme retournée au cours du XXe siècle, avec une série d'avancées prodigieuses : les découvertes de la thermodynamique, de la Relativité, de la mécanique quantique, de la théorie du Big Bang...

L’objection de conscience sur la sellette

La suppression de l'objection de conscience est la conséquence logique du manque de soubassement moral commun à notre société. Les seules valeurs communes qui ont encore cours dans notre société libérale et individualiste sont l’autonomie et la liberté individuelle comprise comme une liberté factuelle

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Les deux lauréats climatologues sont impliqués dans les « procédures d'ajustement des modèles ». Le seul mot d’ajustement est suspect quand il s’agit d’une modélisation. En effet, nos deux lauréats ont été les grands artistes d’introduction de « flux d’ajustements » dans les modèles numériques quand ceux-ci s’éloignent des observations.