Les Français croient de moins en moins en Dieu

Le 24 septembre 2021

Un peu plus de la moitié (51%) des Français ne croit pas en Dieu, selon un sondage Ifop* pour l’Association des journalistes d’information sur les religions (Ajir) publié jeudi. À la question «Vous, personnellement croyez-vous en Dieu?», 51 % des sondés répondent «non» (contre 44% en 2011 et 2004). Les Français étaient 66% à croire en Dieu en 1947, selon un sondage Ifop de l’époque. Dans le détail, les plus croyants sont chez les 65 ans et plus (58%) puis chez les 18-34 ans (48%).

L’épidémie de Covid-19 les a-t-elle rapprochés d’une pratique religieuse? «Non», disent les interviewés, à 91%. Seuls 9% répondent par l’affirmative. Sondés sur l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris en 2019, 79% répondent que cet événement n’a pas réveillé en eux de «sentiment religieux» ni de «fibre spirituelle». Mais 21% ressentent le contraire. Autre enseignement: les Français parlent de moins en moins de religion en famille: ils sont 38%, contre 58% en novembre 2009. Et seuls 29% en parlent avec leurs amis (49% en 2009). L’étude s’intéresse aussi à leur avis sur le pape François; 41 % pensent qu’il défend «plutôt bien» les valeurs du catholicisme, 44 % qu’il les défend «ni bien ni mal» et 15% «plutôt mal».

Par ailleurs, 68% des Français pensent que les religions «peuvent contribuer à transmettre aux jeunes des repères et des valeurs positives : respect de l’autre, tolérance, générosité, responsabilité». Ils étaient 77% à le penser en 2009. Pour 54% des personnes interrogées, «toutes les religions se valent» (62% en 2007). Pour 47% des Français, «le message et les valeurs du christianisme sont toujours d’actualité». Et pour 47%, «les religions peuvent contribuer positivement aux grands débats de société : bioéthique, moralisation de l’économie, famille» (contre 51% en 2009).

*L’enquête a été menée du 24 au 25 août auprès d’un échantillon de 1.028 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus par questionnaire auto-administré en ligne, selon la méthode des quotas.

Source et article complet : Le Figaro

________________________________

Sur le même thème :

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Les deux lauréats climatologues sont impliqués dans les « procédures d'ajustement des modèles ». Le seul mot d’ajustement est suspect quand il s’agit d’une modélisation. En effet, nos deux lauréats ont été les grands artistes d’introduction de « flux d’ajustements » dans les modèles numériques quand ceux-ci s’éloignent des observations.

Revue de presse

« Dieu, la science, les preuves » : l’aube d’une révolution ?

Voilà que ce scientisme tout-puissant auto-proclamé est battu en brèche … par la science elle-même ! Celle-ci s’est comme retournée au cours du XXe siècle, avec une série d'avancées prodigieuses : les découvertes de la thermodynamique, de la Relativité, de la mécanique quantique, de la théorie du Big Bang...

L’objection de conscience sur la sellette

La suppression de l'objection de conscience est la conséquence logique du manque de soubassement moral commun à notre société. Les seules valeurs communes qui ont encore cours dans notre société libérale et individualiste sont l’autonomie et la liberté individuelle comprise comme une liberté factuelle

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Les deux lauréats climatologues sont impliqués dans les « procédures d'ajustement des modèles ». Le seul mot d’ajustement est suspect quand il s’agit d’une modélisation. En effet, nos deux lauréats ont été les grands artistes d’introduction de « flux d’ajustements » dans les modèles numériques quand ceux-ci s’éloignent des observations.