Mort du pasteur sud-coréen David Yonggi Cho

Le 16 septembre 2021

Il était l’une des figures du monde évangélique. Le pasteur pentecôtiste sud-coréen David Yonggi Cho est décédé, mardi 14 septembre à Séoul, à l’âge de 85 ans. Il était connu pour être le fondateur de ce qui est considérée comme la plus grande église évangélique du monde, la Yoido Full Gospel Central Church (l’Église du Plein Évangile).

« Il a transmis l’Évangile de l’espoir au peuple coréen qui est tombé dans le désespoir après la guerre de Corée », peut-on ainsi lire dans le communiqué de son Église qui a connu une croissance impressionnante, dans laquelle il a « joué un rôle déterminant ».

Conversion à 17 ans

Né en 1936 dans une famille bouddhiste, il devient chrétien à 17 ans. Atteint de la tuberculose, David Yonggi Cho se rétablit finalement ; une guérison qu’il attribue à l’action de Dieu. Il se lance alors dans la mission. Il fonde en 1958 une église à Séoul, la capitale de la Corée du Sud qui ne réunit initialement qu’une petite poignée de fidèles. Le pays sort tout juste d’une violente guerre dont a résulté la partition de la Corée.

Sous la direction de ce pasteur charismatique, son église croit de manière spectaculaire. Elle devient le symbole éclatant de la diffusion du christianisme, notamment évangélique, en Corée du Sud, où les traditions sont imprégnées par le confucianisme. Sa formule, décrite par La Croix en 2010, s’inspire de l’expérience des premiers chrétiens : les fidèles se réunissent les uns chez les autres pour prier et s’efforcent d’amener de nouveaux membres. Lorsque la « cellule de maison » atteint 20 personnes, elle se divise en deux nouvelles « églises cellulaires ».

Une influence qui dépasse la Corée du Sud

La Yoido Full Gospel Central Church devient progressivement la plus vaste église évangélique du monde. Elle revendique aujourd’hui plus de 750 000 membres. Le rayonnement de l’Église et de son pasteur fondateur a même dépassé Séoul et les frontières coréennes. David Yonggi Cho a implanté plus de 500 églises dans son pays et a envoyé des milliers de missionnaires dans le monde. Reconnu dans la sphère évangélique mondiale, il a écrit plusieurs livres, fondé un journal chrétien et créé une organisation humanitaire. Il a aussi mené des « croisades d’évangélisation » dans le monde, notamment en Russie, au début des années 1990.

Dans les années 2010, le pasteur David Yonggi Cho, qui a passé la main de son Église en 2011, a vu sa réputation ternie par deux condamnations judiciaires. En février 2014, il avait été condamné à trois ans de prison avec sursis pour évasion fiscale et corruption. Il avait alors reconnu ses fautes. Deux ans plus tard, le pasteur était condamné à payer 4,3 millions d’euros d’amende.

Son décès a suscité de nombreux hommages dans la galaxie évangélique pentecôtiste en Corée du Sud et au-delà, alors que l’Église qu’il a fondée « a longtemps constitué, selon le chercheur Sébastien Fath, une référence ultime pour les partisans d’un christianisme XXL ».

Source et article complet : La Croix

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Les deux lauréats climatologues sont impliqués dans les « procédures d'ajustement des modèles ». Le seul mot d’ajustement est suspect quand il s’agit d’une modélisation. En effet, nos deux lauréats ont été les grands artistes d’introduction de « flux d’ajustements » dans les modèles numériques quand ceux-ci s’éloignent des observations.

Revue de presse

« Dieu, la science, les preuves » : l’aube d’une révolution ?

Voilà que ce scientisme tout-puissant auto-proclamé est battu en brèche … par la science elle-même ! Celle-ci s’est comme retournée au cours du XXe siècle, avec une série d'avancées prodigieuses : les découvertes de la thermodynamique, de la Relativité, de la mécanique quantique, de la théorie du Big Bang...

L’objection de conscience sur la sellette

La suppression de l'objection de conscience est la conséquence logique du manque de soubassement moral commun à notre société. Les seules valeurs communes qui ont encore cours dans notre société libérale et individualiste sont l’autonomie et la liberté individuelle comprise comme une liberté factuelle

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Les deux lauréats climatologues sont impliqués dans les « procédures d'ajustement des modèles ». Le seul mot d’ajustement est suspect quand il s’agit d’une modélisation. En effet, nos deux lauréats ont été les grands artistes d’introduction de « flux d’ajustements » dans les modèles numériques quand ceux-ci s’éloignent des observations.