Bioéthique au Sénat : « un texte de rupture et de fracture »

Le 16 juin 2021

Réunie mardi 15 juin pour la troisième lecture du projet de loi bioéthique, la Commission spéciale du Sénat n’a pas adopté le texte : « Il n’est pas utile de rediscuter sur le fond tant les désaccords sont profonds avec l’Assemblée nationale » estiment les sénateurs. Le débat prévu en séance le 24 juin devrait se réduire à la discussion générale : une question prioritaire sera présentée, visant également au rejet du texte voté par l’Assemblée en troisième lecture (cf. Projet de loi de bioéthique : « On s’est moqué de nous et donc aussi des Français » [Interview]; [Infographie] : Les enjeux du projet de loi de bioéthique voté par les députés en 3e lecture).

Enjeux éthiques majeurs éclipsés

Si les députés ont intégré au projet quelques rares apports du Sénat, ils ont refusé toute discussion sur les « conditions d’établissement de la filiation pour les couples de femmes » rappelle la Commission. Or pour les sénateurs, l’intégration de cette réforme de la filiation « relève davantage d’un choix de société que d’une évolution des techniques médicales ». Ils regrettent que ce sujet ait « éclipsé dans le débat public des enjeux éthiques majeurs comme ceux liés à la recherche ».

Loin du consensus promis par Emmanuel Macron sur ce projet de loi, le dernier mot reviendra à l’Assemblée Nationale : l’ultime vote est prévu le 29 juin.

Source : Généthique

__________________________________

Suivre les étapes de la discussion sur le site du Sénat

Communiqué de presse  d’Alliance Vita « un texte de rupture et de fracture »

Sur le même thème :

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

Faut-il tenir compte du changement climatique dans la décision d’avoir ou non des enfants ?

Faut-il tenir compte du changement climatique dans la décision d’avoir ou non des enfants ?

La décision d’avoir ou non des enfants nous oblige à faire le point sur nos finances, notre situation de vie, nos projets de carrière, etc. Et depuis quelques années, une autre question se pose, alimentée par la crise climatique qui se profile: quel est l’impact des enfants sur la planète?

Revue de presse

L’objection de conscience sur la sellette

La suppression de l'objection de conscience est la conséquence logique du manque de soubassement moral commun à notre société. Les seules valeurs communes qui ont encore cours dans notre société libérale et individualiste sont l’autonomie et la liberté individuelle comprise comme une liberté factuelle