L’instituteur sanctionné et muté pour avoir fait étudier la Bible à ses élèves remporte la bataille judiciaire contre sa hiérarchie

Le 21 décembre 2020

Quatre ans après avoir été suspendu, sanctionné et muté pour avoir fait étudier des extraits de la Bible à ses élèves, Matthieu Faucher remporte sa bataille judiciaire contre l’ancien directeur académique de l’Indre Pierre-François Gachet, contre la rectrice de l’académie Orléans-Tours Katia Béguin et contre le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer.

C’est le 17 décembre dernier que la Cour d’appel administrative de Bordeaux a rendu son verdict donnant définitivement raison à l’instituteur. C’est dans une lettre publiée en ligne et intitulée « Nous avons gagné. Enfin ! » que Matthieu Faucher a annoncé sa victoire. Il y affirme la légitimité de sa démarche en tant que professeur des écoles et entend défendre la différence entre « culture et catéchisme ».

« Non, il n’y a eu de ma part aucune faute professionnelle, aucun manquement à mes obligations de neutralité et de laïcité, Non, mon travail n’était ni trop long, ni inadapté à l’âge de mes élèves, Oui, mon travail était pertinent et conforme aux programmes de l’école primaire. »

Dans cette lettre, l’instituteur rend hommage à toutes les personnes qui l’ont soutenues dans cette bataille juridique longue et difficile, quatre années de combat qui ont « largement affecté » sa santé et celle de son épouse, « bouleversant » sa vie familiale et celle « des habitants de Malicornay ». Il évoque le soutien de ses élèves et de leurs parents qui ne « se sont pas trompés de combat : le coupable de tant de bouleversements n’était pas leur maître d’école mais sa hiérarchie. »

Matthieu Faucher met également en avant le soutien du syndicat auquel il appartient, Action&Démocratie CFE-CGC et son président Walter Ceccaroni. Il affirme être « fier et honoré » de se battre à leurs côtés pour défendre « une école qui respecte ses professeurs et instruise ses élèves ».

À la fin de son texte, l’enseignant ajoute « oui nous avions raison et oui nous avions gagné » et déclare qu’il s’agit d’une « claque » pour tous ceux qui souhaitent restreindre les « libertés pédagogiques », pour les « sectaires », pour les « extrémistes politiques », et les « les chefaillon(nes) qui abusent du pouvoir ».

« C’est une claque pour ceux qui voudraient restreindre la liberté pédagogique des
enseignants,
Une claque pour les sectaires qui sont incapables de faire la différence entre culture et catéchisme,
Une claque pour les extrémistes politiques partisans de la table rase culturelle,
Une claque pour les chefaillon(nes) qui se croient dépositaires de la Vérité, qui abusent de leur pouvoir et qui n’ont que mépris pour les personnels dont ils ont la charge. «

Matthieu Faucher l’affirme « cette victoire n’est qu’un début » et entend bien continuer à lutter pour l’avenir de l’école de la République.

Source : InfoChrétienne.com

__________________________________________________

Sur le même thème :

 

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Les deux lauréats climatologues sont impliqués dans les « procédures d'ajustement des modèles ». Le seul mot d’ajustement est suspect quand il s’agit d’une modélisation. En effet, nos deux lauréats ont été les grands artistes d’introduction de « flux d’ajustements » dans les modèles numériques quand ceux-ci s’éloignent des observations.

Revue de presse

« Dieu, la science, les preuves » : l’aube d’une révolution ?

Voilà que ce scientisme tout-puissant auto-proclamé est battu en brèche … par la science elle-même ! Celle-ci s’est comme retournée au cours du XXe siècle, avec une série d'avancées prodigieuses : les découvertes de la thermodynamique, de la Relativité, de la mécanique quantique, de la théorie du Big Bang...

L’objection de conscience sur la sellette

La suppression de l'objection de conscience est la conséquence logique du manque de soubassement moral commun à notre société. Les seules valeurs communes qui ont encore cours dans notre société libérale et individualiste sont l’autonomie et la liberté individuelle comprise comme une liberté factuelle

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Les deux lauréats climatologues sont impliqués dans les « procédures d'ajustement des modèles ». Le seul mot d’ajustement est suspect quand il s’agit d’une modélisation. En effet, nos deux lauréats ont été les grands artistes d’introduction de « flux d’ajustements » dans les modèles numériques quand ceux-ci s’éloignent des observations.