Covid-19 : les nouvelles « injonctions morales »

Le 7 décembre 2020

Il n’est pas question de ne pas être prudent, mais « s’il est vrai (comme le pensait Victor Klemperer, ce linguiste dont l’acte de résistance contre le régime nazi consista à étudier son vocabulaire) que « la langue pense à notre place, dirige nos sentiments, régit tout notre être moral d’autant plus naturellement que nous nous en remettons inconsciemment à elle , il est à craindre que les slogans qui fleurissent un peu partout sur les murs des écoles, les écrans de télévision et d’ordinateur, les parois ou le sol des moyens de transport, ne nous laissent pas indemnes à l’avenir. » Dans une tribune pour le journal La Croix, Danielle Moyse, chercheuse associée à l’Iris, au CNRS et à l’EHESS lance l’alerte.

« Les petits-enfants ne sont plus conviés à rendre visite à leurs grands-parents, mais à ne pas le faire, et, s’il leur vient à l’esprit d’enfreindre la règle, il arrive qu’on les suspecte, eux et leurs parents irresponsables, de pulsions mortifères », dénonce la chercheuse. « Si vous aimez vos proches, ne les approchez pas (trop) ! »« Pour la santé de tous, gardez vos distances ! », autant d’« injonctions morales » qui se sont « imposées en un temps record », regrette la chercheuse. Une société « sans contacts, mais sous surveillance ! ». Celle des « clusters », « l’anglicisme étant sans doute plus propice à nous convaincre de la modernité des moyens de lutte contre cette maladie », analyse Danielle Moyse.

« Il est assez spectaculaire que les entreprises aient si facilement basculé vers le « télétravail« , les universités vers le « télé-enseignement« , que les médecins aient multiplié les « téléconsultations » et qu’en un temps record se soit imposé le vocabulaire qui distingue « distanciel » et « présentiel« , au point de nous donner l’impression d’en avoir toujours fait usage », observe la chercheuse. « Héritiers du solipsisme, nous n’aurons eu besoin que de quelques mois pour intérioriser une langue propre à la désignation d’un isolement, dont les conséquences sont encore difficiles à mesurer… ».

Source : Généthique

____________________________________

Sur le même thème :

 

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Les deux lauréats climatologues sont impliqués dans les « procédures d'ajustement des modèles ». Le seul mot d’ajustement est suspect quand il s’agit d’une modélisation. En effet, nos deux lauréats ont été les grands artistes d’introduction de « flux d’ajustements » dans les modèles numériques quand ceux-ci s’éloignent des observations.

Revue de presse

« Dieu, la science, les preuves » : l’aube d’une révolution ?

Voilà que ce scientisme tout-puissant auto-proclamé est battu en brèche … par la science elle-même ! Celle-ci s’est comme retournée au cours du XXe siècle, avec une série d'avancées prodigieuses : les découvertes de la thermodynamique, de la Relativité, de la mécanique quantique, de la théorie du Big Bang...

L’objection de conscience sur la sellette

La suppression de l'objection de conscience est la conséquence logique du manque de soubassement moral commun à notre société. Les seules valeurs communes qui ont encore cours dans notre société libérale et individualiste sont l’autonomie et la liberté individuelle comprise comme une liberté factuelle

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Les deux lauréats climatologues sont impliqués dans les « procédures d'ajustement des modèles ». Le seul mot d’ajustement est suspect quand il s’agit d’une modélisation. En effet, nos deux lauréats ont été les grands artistes d’introduction de « flux d’ajustements » dans les modèles numériques quand ceux-ci s’éloignent des observations.