Vivons-nous déjà dans la science-fiction ?

Le 21 septembre 2020

Par un curieux mouvement de pensée, les pouvoirs publics se sont efforcés d’affirmer que la « rentrée »  était « normale ». Brutalement, on se demande si la société que nous craignions de voir advenir, il y a 30 ou 40 ans, celle d’un futur aseptisé, hyper-technologisée et déshumanisée, n’est finalement pas notre actualité la plus terrible.

Il fallait lire les propos rassurants du ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, et ceux du Premier ministre, Jean Castex, sur la rentrée « sereine » ou la plus normale possible pour capter cet étrange mouvement de la pensée qui anime désormais nos élites : nous persuader que porter un masque pour tout déplacement hors de son domicile, que vivre sous une surveillance sanitaire permanente, avec des statistiques quotidiennes de contagion, est une vie « normale ». Et soudain, ce discours nous interroge sur la survenue d’un futur qui, dans le cinéma populaire du XXe siècle, était présenté comme un destin anxiogène mais évitable. Au fond, le cauchemar se réalise, et nous sommes priés de l’admettre comme normal.

Vie d’enfants, vie de science-fiction

Après le confinement, dans la semaine où ma fille de sept ans est retournée à l’école, elle s’est employée à réorganiser l’appartement en tenant compte des normes sanitaires désormais imposées par le gouvernement. Elle avait dessiné sur le sol des zones avec des distances à respecter et des circuits de circulation. Le vocabulaire de la prophylaxie officielle n’a désormais plus aucun secret pour elle : les gestes barrières, le virus, et même le combat anti-bactérien, lui sont beaucoup plus familiers que le Petit Prince.

Tous les films de science-fiction que nous avions vus se réalisent avec une déconcertante rapidité et facilité

L’une des marques laissées dans nos épidermes par le virus sera bien celle-là : les enfants en savent désormais beaucoup plus, au moins au même âge, que leurs parents sur les maladies, les contaminations et les moyens de s’en protéger. Dans notre enfance, nous avions peur qu’un jour notre vie bascule dans une spirale sanitaire. Et cette spirale est en cours. Tous les films de science-fiction que nous avions vus se réalisent avec une déconcertante rapidité et facilité. Ce qui était une angoisse d’enfant est devenu la réalité de nos enfants.

La déshumanisation, c’est maintenant

Donc, nos enfants grandissent désormais dans un monde où tous les contacts sont le plus limités ou intermédiés possible. Il n’est plus question de s’embrasser (manie qui, il est vrai, avait pris trop de place) pour se saluer, ni de se serrer la main, ni de se toucher. Il n’est plus question de sympathiser au bar, au restaurant, au bistrot, avec ses voisins de table. Cette désocialisation s’ajoute aux manies venues des films futuristes. Une montre connectée au poignet, un téléphone cellulaire dans la poche, l’humain d’aujourd’hui est déjà plus proche du héros de Soleil vert ou de l’Âge de Cristal que de nos parents. Partout où il est, il peut converser avec un interlocuteur situé à l’autre bout du monde sans avoir le droit de parler à son voisin direct qu’il ne connaît pas. Il peut suivre en direct son pouls, sa tension, recevoir des messages personnalisés l’invitant à modérer son comportement de telle ou telle façon (marcher plus, travailler moins, ne pas s’endormir). Il est déjà cet humain amélioré qu’on voyait dans des séries à succès. Et pour comble, cet humain évolue comme on nous le montrait, comme on le craignait, dans l’enfer aseptisé et hyper-contrôlé qui paraissait impossible à admettre.

Mais essayez donc d’entrer en contact avec une personne du sexe opposé aujourd’hui, essayez de prendre la parole en public pour exprimer votre point de vue, et vous vous apercevez qu’une grande mécanique de répression se met en place. La réalité est que, forts de nos communications virtuelles permanentes, nous bannissons peu à peu la « liquidité sociale », ce contact spontané et physique entre les individus, au gré des rencontres et au hasard des rues. La déshumanisation est déjà bien entamée.

Lire la suite et source : RT France

______________________________________

Sur le même thème :

 

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Les deux lauréats climatologues sont impliqués dans les « procédures d'ajustement des modèles ». Le seul mot d’ajustement est suspect quand il s’agit d’une modélisation. En effet, nos deux lauréats ont été les grands artistes d’introduction de « flux d’ajustements » dans les modèles numériques quand ceux-ci s’éloignent des observations.

Revue de presse

« Dieu, la science, les preuves » : l’aube d’une révolution ?

Voilà que ce scientisme tout-puissant auto-proclamé est battu en brèche … par la science elle-même ! Celle-ci s’est comme retournée au cours du XXe siècle, avec une série d'avancées prodigieuses : les découvertes de la thermodynamique, de la Relativité, de la mécanique quantique, de la théorie du Big Bang...

L’objection de conscience sur la sellette

La suppression de l'objection de conscience est la conséquence logique du manque de soubassement moral commun à notre société. Les seules valeurs communes qui ont encore cours dans notre société libérale et individualiste sont l’autonomie et la liberté individuelle comprise comme une liberté factuelle

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Les deux lauréats climatologues sont impliqués dans les « procédures d'ajustement des modèles ». Le seul mot d’ajustement est suspect quand il s’agit d’une modélisation. En effet, nos deux lauréats ont été les grands artistes d’introduction de « flux d’ajustements » dans les modèles numériques quand ceux-ci s’éloignent des observations.