Covid-19 : plusieurs évêques encouragent les catholiques à retourner à la messe

Le 17 septembre 2020

« Il est nécessaire et urgent de revenir à la normalité de la vie chrétienne » malgré la pandémie de Covid-19, a lancé dimanche dernier le cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le Culte divin et la discipline des sacrements. Alors que la pandémie de Covid-19 est partie pour durer, chacun apprend à vivre avec. Pour l’Église, vivre avec signifie retourner à l’église. Hors beaucoup de fidèles, par peur du virus ou par simplement parce qu’ils n’en ont plus l’habitude, désertent les églises et n’assistent plus à la messe dominicale.

Si les catholiques prennent leurs distances avec la pratique dominicale, nous assisterons à un effacement de notre Église dans la société.

Dès le 15 août, Mgr Patrick Chauvet, recteur de Notre-Dame de Paris, s’alarmait sur Europe 1 du fait que 30% des fidèles n’étaient pas revenus à la messe. « J’invite ceux qui hésitent encore, tout en respectant les barrières sanitaires, à participer à la messe dans leur paroisse », a ainsi écrit Mgr Michel Santier, évêque de Créteil (Val-de-Marne), dans sa lettre pastorale de rentrée. « Dans notre département où les croyants des autres religions vont dans leur lieu de culte, si les catholiques prennent leurs distances avec la pratique dominicale, nous assisterons à un effacement de notre Église dans la société. »

À Portsmouth (Angleterre), Mgr Philip Egan, l’évêque du lieu, a appelé dans sa lettre pastorale les fidèles de son diocèse à revenir à l’église : « Je vous le dis à tous : Revenez ! Revenez à la messe ! Revenez à l’église pour une prière personnelle ! Revenez saluer Jésus présent dans le Saint-Sacrement ! Vous êtes sincèrement les bienvenus. Vous nous avez manqué ».

Loin de minimiser la situation sanitaire, il reconnaît l’importance du respect des différentes mesures mises en place. Mais en les respectant, chacun doit pouvoir retourner à la messe « pour être nourri de sa parole et de ses sacrements ».

Aux États-Unis la situation sanitaire diffère grandement d’un état à l’autre. Dans certains, là où la pandémie est pour le moment contrôlée, les évêques n’hésitent pas non plus à prendre la plume pour inviter chacun à revenir prier dans les églises et pas derrière son écran. Dans le diocèse de Milwaukee, plus grande ville du Wisconsin, l’évêque a rappelé que la dispense de l’obligation d’assister à la messe pour les catholiques, mise en place au début de la pandémie, expire le 14 septembre. L’archevêque Listecki rappelle également aux fidèles que l’obligation d’aller à la messe est joyeuse. « Notre culte dominical est une joyeuse obligation. C’est un témoignage de Dieu comme priorité dans nos vies. Nous plaçons notre confiance en lui et en son Église », écrit-t-il.

Source : Aleteia

_____________________________________

Sur le même thème :

 

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Les deux lauréats climatologues sont impliqués dans les « procédures d'ajustement des modèles ». Le seul mot d’ajustement est suspect quand il s’agit d’une modélisation. En effet, nos deux lauréats ont été les grands artistes d’introduction de « flux d’ajustements » dans les modèles numériques quand ceux-ci s’éloignent des observations.

Revue de presse

« Dieu, la science, les preuves » : l’aube d’une révolution ?

Voilà que ce scientisme tout-puissant auto-proclamé est battu en brèche … par la science elle-même ! Celle-ci s’est comme retournée au cours du XXe siècle, avec une série d'avancées prodigieuses : les découvertes de la thermodynamique, de la Relativité, de la mécanique quantique, de la théorie du Big Bang...

L’objection de conscience sur la sellette

La suppression de l'objection de conscience est la conséquence logique du manque de soubassement moral commun à notre société. Les seules valeurs communes qui ont encore cours dans notre société libérale et individualiste sont l’autonomie et la liberté individuelle comprise comme une liberté factuelle

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Les deux lauréats climatologues sont impliqués dans les « procédures d'ajustement des modèles ». Le seul mot d’ajustement est suspect quand il s’agit d’une modélisation. En effet, nos deux lauréats ont été les grands artistes d’introduction de « flux d’ajustements » dans les modèles numériques quand ceux-ci s’éloignent des observations.