Une étude montre des différences anatomiques notables entre le cerveau des hommes et des femmes

Le 17 août 2020

Une analyse scientifique de plus de 2 000 scanners cérébraux a mis en évidence « des différences sexuelles hautement reproductibles » au niveau du volume des zones du cerveau, entre les hommes et les femmes. Ces données, provenant de « 976 adultes en bonne santé âgés de 22 à 35 ans » ont montré clairement que les femmes avait un volume cortical plus élevé « dans le cortex préfrontal médial et latéral, le cortex orbitofrontal, le cortex temporal supérieur et le cortex pariétal latéral », quand les hommes avaient un volume cortical plus élevé « dans les régions temporales ventrales et les régions occipitales, y compris le pôle temporal, le gyrus fusiforme et le cortex visuel primaire ».

Des études précédentes avaient suggéré que ces différences pouvaient être dues aux hormones sexuelles. Au contraire, cette étude a identifié que « les différences de volume cortical entre les sexes sont déterminés par des gènes situés sur les chromosomes sexuels X et Y ».

« Le fait que nous ayons observé un très haut niveau de reproductibilité des différences anatomiques entre les sexes dans différents groupes d’hommes et de femmes, et un lien entre ces différences et l’expression des gènes des chromosomes sexuels, suggère que ces différences ne sont probablement pas dues uniquement aux effets environnementaux » a déclaré M. Raznahan, auteur principal de l’étude. L’étude a été publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences.

Pour aller plus loin :

« Les différences cérébrales entre les sexes commencent dès l’utérus » affirme une étude américaine

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Les deux lauréats climatologues sont impliqués dans les « procédures d'ajustement des modèles ». Le seul mot d’ajustement est suspect quand il s’agit d’une modélisation. En effet, nos deux lauréats ont été les grands artistes d’introduction de « flux d’ajustements » dans les modèles numériques quand ceux-ci s’éloignent des observations.

Revue de presse

« Dieu, la science, les preuves » : l’aube d’une révolution ?

Voilà que ce scientisme tout-puissant auto-proclamé est battu en brèche … par la science elle-même ! Celle-ci s’est comme retournée au cours du XXe siècle, avec une série d'avancées prodigieuses : les découvertes de la thermodynamique, de la Relativité, de la mécanique quantique, de la théorie du Big Bang...

L’objection de conscience sur la sellette

La suppression de l'objection de conscience est la conséquence logique du manque de soubassement moral commun à notre société. Les seules valeurs communes qui ont encore cours dans notre société libérale et individualiste sont l’autonomie et la liberté individuelle comprise comme une liberté factuelle

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Les deux lauréats climatologues sont impliqués dans les « procédures d'ajustement des modèles ». Le seul mot d’ajustement est suspect quand il s’agit d’une modélisation. En effet, nos deux lauréats ont été les grands artistes d’introduction de « flux d’ajustements » dans les modèles numériques quand ceux-ci s’éloignent des observations.