Plus de 7 Français sur 10 contre le retour en urgence du projet de loi bioéthique autorisant la PMA sans père

Le 17 juin 2020

Malgré l’annonce de la date de la seconde lecture du projet de loi de bioéthique à l’Assemblée nationale, fixée au 6 juillet prochain , les Français ont bien d’autres priorités. C’est ce qui ressort de l’enquête Ifop réalisée du 12 au 15 juin auprès d’un échantillon représentatif de 1005 personnes.

Les priorités des Français pour les 12 prochains mois sont claires : la sauvegarde de l’emploi (42%), le pouvoir d’achat (41%) et l’efficacité du système de santé (37%). Viennent ensuite la sécurité (23%), la protection de l’environnement et la lutte contre le changement climatique (23%), l’éducation (17%) et l’avenir du système des retraites (16%), mais aussi l’immigration, la lutte contre le racisme, l’équilibre des comptes publics, les violences conjugales… La procréation médicalement assistée pour les femmes seules et les couples de femmes se classe à la toute dernière place (1%). Et lorsqu’on demande aux Français de se prononcer spécifiquement sur cette question de la PMA pour les femmes seules ou les couples de femmes, ils sont plus de 6 sur 10 (61%) à estimer que ce n’est pas une priorité. Et ils sont encore plus nombreux parmi les électeurs d’Emmanuel Macron (64%).

Logiquement, moins de 3 Français sur 10 (29%) veulent la reprise des débats parlementaires sur le projet de loi bioéthique, et même encore moins chez les électeurs d’Emmanuel Macron : 21% seulement. En revanche, une très large majorité de Français, plus de 7 Français sur 10 (71%) estiment que le projet de loi bioéthique doit rester suspendu ou retiré pour donner la priorité à la gestion des conséquences de la crise du Covid-19. La pression exercée par quelques députés pour une reprise des débats parlementaires du projet de loi bioéthique est par ailleurs perçue par près des deux tiers des Français (62%) comme une manœuvre de diversion ou de tactique électoraliste dans le contexte actuel de crise sanitaire, économique et sociale.

Les résultats sont clairs. Les Français attendent une action du gouvernement et de sa majorité pour répondre aux urgences de la crise du Coronavirus : emploi, pouvoir d’achat, système de santé. A l’opposé d’un retour au « monde d’avant », ils souhaitent la suspension du projet de loi bioéthique voire son retrait. La priorité est de relever le pays, la société et son économie.

Accéder au RAPPORT COMPLET DU SONDAGE IFOP

Source : La Manif Pour Tous

___________________________________

Sur le même thème :

 

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Les deux lauréats climatologues sont impliqués dans les « procédures d'ajustement des modèles ». Le seul mot d’ajustement est suspect quand il s’agit d’une modélisation. En effet, nos deux lauréats ont été les grands artistes d’introduction de « flux d’ajustements » dans les modèles numériques quand ceux-ci s’éloignent des observations.

Revue de presse

« Dieu, la science, les preuves » : l’aube d’une révolution ?

Voilà que ce scientisme tout-puissant auto-proclamé est battu en brèche … par la science elle-même ! Celle-ci s’est comme retournée au cours du XXe siècle, avec une série d'avancées prodigieuses : les découvertes de la thermodynamique, de la Relativité, de la mécanique quantique, de la théorie du Big Bang...

L’objection de conscience sur la sellette

La suppression de l'objection de conscience est la conséquence logique du manque de soubassement moral commun à notre société. Les seules valeurs communes qui ont encore cours dans notre société libérale et individualiste sont l’autonomie et la liberté individuelle comprise comme une liberté factuelle

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Les deux lauréats climatologues sont impliqués dans les « procédures d'ajustement des modèles ». Le seul mot d’ajustement est suspect quand il s’agit d’une modélisation. En effet, nos deux lauréats ont été les grands artistes d’introduction de « flux d’ajustements » dans les modèles numériques quand ceux-ci s’éloignent des observations.