Yom Haatsmaout : Israël fête les 71 ans de son indépendance

Le 8 mai 2019

La fête de l’Indépendance est une célébration du renouveau de l’État juif en Terre d’Israël, lieu de naissance du peuple juif. Sur cette terre, le peuple juif a commencé à développer sa religion et sa culture unique il y a environ 4 000 ans, là où il a conservé une présence physique ininterrompue, pendant des siècles, parfois en tant qu’Etat souverain et à d’autres moments sous domination étrangère.
Tout au long de sa longue histoire, le désir de retourner en Terre d’Israël, à Sion, a été au centre de la vie juive. Théodore Herzl, leader et fondateur du mouvement sioniste, a par ailleurs développé la reconnaissance internationale du besoin d’un Etat juif.

Depuis sa création, Israël continue d’être une patrie pour les milliers de personnes qui se rendent chaque année en Israël.
Il abrite certains des sites religieux les plus sacrés des trois grandes religions, tous jouissant des droits démocratiques définis dans la Déclaration de la création de l’État d’Israël.

.

Le jour de l’Indépendance
Les célébrations du 71e Jour de l’Indépendance d’Israël débuteront mercredi soir 8 mai, dès la fin du jour du Souvenir, lorsque le drapeau de l’État sera mis en pleine lumière lors d’une cérémonie nationale au Mont Herzl, où 12 torches seront allumées par des personnalités représentatives de la société israélienne et du monde juif.

La fête de l’Indépendance est un jour de festivités et de célébrations, y compris des pique-niques, des barbecues, des réunions de famille et des excursions dans la nature. Les balcons, les vitres des voitures, les devantures des magasins et autres sont décorés avec des drapeaux israéliens.
.

 

Israël en chiffres

Les derniers chiffres de l’organisme, publiés à quelques jours du Jour de l’Indépendance qui marque cette année le 71e anniversaire de la proclamation de l’Etat hébreu le 14 mai 1948, indiquent que la population d’Israël s’élevait à environ 9.009.000 habitants en mars 2019.

Selon le Bureau central des statistiques, environ 6.665.500 de citoyens israéliens sont juifs, ce qui représente environ 74% de la population totale.

La population juive d’Israël a ainsi augmenté d’un million de personnes au cours des 10 dernières années.

La minorité arabe en Israël, composée de musulmans, de chrétiens et de Druzes, compte, elle, 1.878.600 d’individus, soit environ 21% de la population. La population de cette minorité a augmenté d’un peu moins de 400.000 personnes au cours de la même période.

De 2008 à 2018, la population arabe a augmenté de 21%, soit légèrement plus que la population juive, qui a augmenté de 17,5%.

La population du pays a été multipliée par 10,6 depuis la création de l’Etat. 850.000 personnes vivaient dans ce qui allait devenir Israël à la veille de la guerre d’indépendance en 1948.

A cette époque, on comptait 650.000 Juifs et 150.000 Arabes.

Les 5% restants de la population israélienne se composent d’autres diverses minorités ethniques et religieuses.

Le Bureau central des statistiques par ailleurs 300.000 personnes qui se définissent sans religion. La plupart d’entre elles sont des immigrants venus d’ex-Union soviétique, qui sont arrivées en Israël en vertu de la loi sur le retour.

Enfin, Israël compte 200.000 travailleurs étrangers, dont la moitié sont des légaux, ou encore des touristes entrés en Israël avec un visa de tourisme, et qui y sont restés pour travailler.

Source : Ambassade d’Israël en France

 

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

Faut-il tenir compte du changement climatique dans la décision d’avoir ou non des enfants ?

Faut-il tenir compte du changement climatique dans la décision d’avoir ou non des enfants ?

La décision d’avoir ou non des enfants nous oblige à faire le point sur nos finances, notre situation de vie, nos projets de carrière, etc. Et depuis quelques années, une autre question se pose, alimentée par la crise climatique qui se profile: quel est l’impact des enfants sur la planète?

Revue de presse

L’objection de conscience sur la sellette

La suppression de l'objection de conscience est la conséquence logique du manque de soubassement moral commun à notre société. Les seules valeurs communes qui ont encore cours dans notre société libérale et individualiste sont l’autonomie et la liberté individuelle comprise comme une liberté factuelle