Douze pays ont un « sex-ratio » déséquilibré pour cause d’avortement des petites filles

Le 2 mai 2019

Il manque 23,1 millions de femmes dans le monde, dont 11,9 millions en Chine et 10,6 millions en Inde. Rien qu’en 2017, il y a eu 800 000 avortements de fille en Chine, et 671 000 en Inde. Des chercheurs de l’ONU, de l’Université de Singapour et de l’Université du Massachusetts aux Etats-Unis ont réalisé conjointement une importante étude démographique afin d’étudier le « sex-ratio » mondial. L’étude, publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences a analysé, dans 202 pays, les données issues des registres d’état-civil, des recensements et d’enquêtes, de 1950 à 2017. 1970 est l’année où « l’avortement sélectif en fonction du sexe a commencé à être disponible ». Il ressort de cette étude que douze pays ont une proportion anormalement élevée d’hommes par rapports aux femmes : la Chine, L’Inde, l’Albanie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Géorgie, la Corée du Sud, Hong Kong, le Monténégro, Taiwan, la Tunisie et le Vietnam.

En Chine, pays qui concentre 51 % des filles manquantes, le sex-ratio est monté, en 2005, jusqu’à 118 naissances masculines pour 100 naissances féminines. Un chiffre bien supérieur au ratio naturel de 105 pour 100 qui se retrouve invariablement dans les autres pays du monde. En 2017, ce ratio est timidement descendu à 114 pour 100, une tendance à la baisse qui « reste à confirmer »,selon Fengqing Chao, l’un des chercheurs de Singapour : depuis la fin de la politique de l’enfant unique, les désirs de filles augmentent doucement, mais il faudra plusieurs années pour rééquilibrer le ratio, notamment « en raison du manque de femmes » actuellement en âge d’avoir des enfants.

En Géorgie, en Corée du Sud et à Hong Kong, le « sex-ratio » à la naissance revient à la normale, mais en Inde, où se situent 41 % des avortements féminins, la baisse du ratio est seulement « légère ».

Il semblerait que l’avortement des filles soit « devenu un moyen pour les familles nombreuses de ne pas manquer de progéniture masculine », conclut l’étude.

Pour aller plus loin :

En Inde, un médecin combat les foeticides de petites filles en proposant de les mettre gratuitement au monde
La Suisse révise sa loi pour éviter la sélection des embryons en fonction du sexe
Inde: l’avortement sélectif de foetus féminins, une pratique courante

Source : Généthique

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Les deux lauréats climatologues sont impliqués dans les « procédures d'ajustement des modèles ». Le seul mot d’ajustement est suspect quand il s’agit d’une modélisation. En effet, nos deux lauréats ont été les grands artistes d’introduction de « flux d’ajustements » dans les modèles numériques quand ceux-ci s’éloignent des observations.

Revue de presse

« Dieu, la science, les preuves » : l’aube d’une révolution ?

Voilà que ce scientisme tout-puissant auto-proclamé est battu en brèche … par la science elle-même ! Celle-ci s’est comme retournée au cours du XXe siècle, avec une série d'avancées prodigieuses : les découvertes de la thermodynamique, de la Relativité, de la mécanique quantique, de la théorie du Big Bang...

L’objection de conscience sur la sellette

La suppression de l'objection de conscience est la conséquence logique du manque de soubassement moral commun à notre société. Les seules valeurs communes qui ont encore cours dans notre société libérale et individualiste sont l’autonomie et la liberté individuelle comprise comme une liberté factuelle

Deux prix Nobels à des climatologues : des travaux vieux de 30 ans

Les deux lauréats climatologues sont impliqués dans les « procédures d'ajustement des modèles ». Le seul mot d’ajustement est suspect quand il s’agit d’une modélisation. En effet, nos deux lauréats ont été les grands artistes d’introduction de « flux d’ajustements » dans les modèles numériques quand ceux-ci s’éloignent des observations.