« Bébé génétiquement modifié » : confirmation d’une seconde grossesse en Chine

Le 24 janvier 2019

Les autorités chinoises ont confirmé, le 21 janvier 2019, que, comme annoncé par le chercheur chinois He Jiankui, une deuxième femme enceinte d’un « bébé génétiquement modifié ».

Selon les résultats de l’enquête menée par le gouvernement provincial du Guangdong en Chine, He Jiankui a « produit de faux documents d’évaluation éthique », mis en place « à titre privé » une équipe de recherche qui comprenait des scientifiques étrangers et utilisé « des technologies à la sécurité et à l’efficacité douteuses » (cf. Pékin confirme la modification génétique des jumelles).

La deuxième femme enceinte serait « vraisemblablement à 12-14 semaines de grossesse », selon le Dr Hurlbut, un médecin et bioéthicien américain de l’université de Stanford en Californie, qui est en contact avec le chercheur depuis deux ans.

Selon l’agence de presse officielle Chine nouvelle, cette femme, ainsi que les deux jumelles de la première grossesse, « vont être placées sous observation médicale ». Le scientifique chinois a quant à lui été placé « dans un appartement de l’Université des sciences et de la technologie du Sud (SUSTech) à Shenzhen, proche de Hong Kong ».

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

Faut-il tenir compte du changement climatique dans la décision d’avoir ou non des enfants ?

Faut-il tenir compte du changement climatique dans la décision d’avoir ou non des enfants ?

La décision d’avoir ou non des enfants nous oblige à faire le point sur nos finances, notre situation de vie, nos projets de carrière, etc. Et depuis quelques années, une autre question se pose, alimentée par la crise climatique qui se profile: quel est l’impact des enfants sur la planète?

Revue de presse

L’objection de conscience sur la sellette

La suppression de l'objection de conscience est la conséquence logique du manque de soubassement moral commun à notre société. Les seules valeurs communes qui ont encore cours dans notre société libérale et individualiste sont l’autonomie et la liberté individuelle comprise comme une liberté factuelle