Une dépression post-partum pour les pères ?

Le 20 octobre 2018

Le père, figure d’attachement pour le bébé dès sa naissance, est aussi indispensable que la mère au bon développement de l’enfant. Les dernières études montrent que même physiologiquement les pères sont « enceints » à leur manière : variation d’hormones pendant la grossesse et aux alentours de la naissance, phénomène de « couvade » et même dépression post-partum, « car les pères vivent aussi un grand changement identitaire à travers la naissance d’un enfant ».

« En effet, les chercheurs ont découvert ces dernières années que les fluctuations hormonales touchaient aussi les pères ! Il a été observé que les taux de testostérone et de vasopressine, pour ne citer que ces deux hormones, diminuent chez eux à l’approche du nouveau-né. Selon les hypothèses, cela favoriserait le lien d’attachement à l’enfant en limitant leur agressivité et en augmentant leur sensibilité aux pleurs du bébé. » Ces jeux d’hormones seraient, comme chez la mère, à l’origine d’une possible dépression post-natale. Présente chez 12 % des jeunes mamans, elle se manifeste aussi chez 10 % des pères, phénomène dont on parle peu. L’augmentation des œstrogènes et de la prolactine serait, elle, responsable du phénomène de « couvade », plus connu, qui touche environ 65 % des pères. Il s’agit de « symptômes semblables à ceux vécus par la femme enceinte, comme les troubles du sommeil, les troubles digestifs, ou la prise de poids ».

A la maternité, les papas ne sont pas des simples visiteurs« Depuis 2015, l’OMS a déclaré qu’inclure le père était une priorité pour les services de périnatalité, car leur implication a de nombreux impacts positifs sur la santé maternelle et infantile ». Selon Marie Guerin et Sarah Boccon-Gibod, deux sages-femmes suisses qui ont travaillé sur la santé mentale des jeunes pères, « les inclure est donc une priorité, (…) car en nous occupant des pères, nous nous occupons de leurs enfants et investir dans la petite enfance est l’investissement le plus rentable du monde, selon l’Unicef ».

Pour aller plus loin :
Les femmes ayant accouché d’un bébé né d’un don d’ovocyte moins proches de leur nouveau-né ?
Légaliser la PMA pour toutes créerait un désert de paternité

Source : Généthique

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

Faut-il tenir compte du changement climatique dans la décision d’avoir ou non des enfants ?

Faut-il tenir compte du changement climatique dans la décision d’avoir ou non des enfants ?

La décision d’avoir ou non des enfants nous oblige à faire le point sur nos finances, notre situation de vie, nos projets de carrière, etc. Et depuis quelques années, une autre question se pose, alimentée par la crise climatique qui se profile: quel est l’impact des enfants sur la planète?

Revue de presse

L’objection de conscience sur la sellette

La suppression de l'objection de conscience est la conséquence logique du manque de soubassement moral commun à notre société. Les seules valeurs communes qui ont encore cours dans notre société libérale et individualiste sont l’autonomie et la liberté individuelle comprise comme une liberté factuelle