Fabriquer un enfant pour autrui, c’est se hasarder à générer de la pathologie relationnelle

Le 30 juin 2017

En s’appuyant sur des acquis de sciences humaines et de neurosciences, Anne Schaub soutient que « fabriquer un bébé pour un autre, c’est se hasarder à générer chez ce petit de la souffrance et de la pathologie relationnelle ».

Les circonstances de conception, de gestation et de naissance constituent des enjeux majeurs pour l’enfant à naître. De ce fait, « faciliter ou organiser une maternité/parentalité éclatée de la conception à la naissance charge l’enfant d’un bagage psychoaffectif empreint de rupture et le marque d’une filiation brouillée ». En outre, séparer l’enfant de sa mère de naissance « entraine chez lui selon le contexte et à des degrés divers, une blessure d’abandon qui peut aller jusqu’à une angoisse de mort ». Car si la femme peut choisir de ne pas s’attacher à l’enfant qu’elle porte, l’enfant « lui, ne peut pas ». Il s’agit pour lui « d’un réflexe programmé de survie, d’un mécanisme biophysiologique et psychologique, incontournable et incontestable », qu’aucun contrat de GPA ni même la pensée d’un adulte qui désire de tout son cœur l’enfant attendu à distance ne peut diminuer ni effacer. L’expérience de rupture maternelle, dès la naissance, « porte atteinte à son sentiment de sécurité de base et à son intégrité existentielle ».

Enfin, la psychothérapeute s’indigne du rapprochement fait entre GPA et adoption. Par l’adoption, l’enfant a souvent un travail psychologique à accomplir mais il comprend alors que « ses parents ont cherché par l’adoption à l’entourer de ce qu’il avait perdu par les aléas de la vie ». Au contraire, « la blessure la plus profonde que l’enfant issu de GPA aura sans doute à résoudre et qui n’existe pas chez l’enfant adopté, c’est de réaliser que ce sont ses parents qui ont eux-mêmes créé la situation de rupture avec la mère de naissance ».

Anne Schaub appelle donc à « sortir l’enfant de l’ombre » pour condamner la GPA. « Car ‘fabriquer’ un enfant pour autrui, c’est se hasarder à générer de la souffrance et de la pathologie relationnelle chez l’enfant concerné ».

Source : Généthique
_______________________________
.

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

Revue de presse

Des Célébrations en 2025 !

Des cultes en commun partout en France les 5 et 6 octobre 2025 Célébrer Jésus-Christ, approfondir l’unité des protestants évangéliques de France, manifester notre identité, favoriser les relations et le travail en commun, et bien sûr témoigner de la Bonne Nouvelle...

« Dieu, la science, les preuves » : l’aube d’une révolution ?

Voilà que ce scientisme tout-puissant auto-proclamé est battu en brèche … par la science elle-même ! Celle-ci s’est comme retournée au cours du XXe siècle, avec une série d'avancées prodigieuses : les découvertes de la thermodynamique, de la Relativité, de la mécanique quantique, de la théorie du Big Bang...