Un professeur suspendu pour avoir lu la Bible à ses élèves

Le 6 mars 2017

Si la charte de la laïcité de 2013 précise les contours de l’étude des textes religieux dans les écoles, la question reste encore sensible. Dans l’Indre, un professeur des écoles d’une quarantaine d’année a été suspendu de ses fonctions au mois de février, pour avoir enseigné plusieurs passages de la Bible à ses élèves, raconte France Bleu Berry.

Enseignant au Regroupement pédagogique intercommunal (RPI) de Badecon-le-Pin, Chavin, Malicornay et Le Menoux, l’enseignant a été mis en cause par une lettre anonyme envoyée à l’inspection académique par un collectif de parents, un peu avant les vacances de février. Selon ce collectif, le professeur aurait lu à ses 25 élèves de CM1-CM2, plusieurs passages de la Bible. Une atteinte au principe de laïcité selon ces parents.

Une mesure « disproportionnée »

L’inspection académique a lancé une inspection dès le lendemain, puis décidé de la suspension directe du professeur. Jugeant exagérées la rapidité et la sévérité de la sentence, le maire de Badecon-le-Prin et président du RPI, François Broggi, a dénoncé une mesure  » disproportionnée ».

Toujours selon France Bleu Berry, le maire regrette également de n’avoir pas été mis au courant de la procédure. Il explique également que l’enseignant aurait avisé les parents dès le début d’année de son intention d’enseigner des passages bibliques. Le co-secrétaire du syndicat Snuipp-FSU Indre, a également regretté une mesure « exceptionnellement sévère ».

Une enquête administrative déterminera s’il y a eu atteinte à la laïcité

L’inspection académique a tenu à rappeler que cette suspension ne constituait pas une sanction mais avait été prononcé pour permettre à l’enquête administrative de déterminer la réalité ou non d’une entorse au principe de laïcité. Les parents d’élèves seront reçus par l’inspection académique vendredi 3 mars.

Selon Pierre-François Gachet, inspecteur d’Académie de l’Indre, « l’étude de textes religieux n’est pas interdite à l’école ». « Mais elle doit être effectuée avec mesure et discernement de manière à ne choquer personne et en évitant tout prosélytisme. »

Source : lexpress.fr

__________________________________

Libre de le dire à l'école CNEF

L’école est laïque, ses usagers ne le sont pas. Leurs convictions, de toutes natures, ne restent pas à la maison. La nouvelle campagne du CNEF sur la liberté de conscience à l’école.

Sur le même thème :

 

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

Faut-il tenir compte du changement climatique dans la décision d’avoir ou non des enfants ?

Faut-il tenir compte du changement climatique dans la décision d’avoir ou non des enfants ?

La décision d’avoir ou non des enfants nous oblige à faire le point sur nos finances, notre situation de vie, nos projets de carrière, etc. Et depuis quelques années, une autre question se pose, alimentée par la crise climatique qui se profile: quel est l’impact des enfants sur la planète?

Revue de presse

L’objection de conscience sur la sellette

La suppression de l'objection de conscience est la conséquence logique du manque de soubassement moral commun à notre société. Les seules valeurs communes qui ont encore cours dans notre société libérale et individualiste sont l’autonomie et la liberté individuelle comprise comme une liberté factuelle