Les cinq « solae » et leurs effets jusqu’à aujourd’hui

Le 15 novembre 2016

Avec les Réformateurs, la relation à Dieu a été totalement revue et corrigée, sur la base de ce qu’on appelle les cinq solae :
– la foi seule,
– les Écritures seules,
– la grâce seule,
– le Christ seul
– et la gloire de Dieu seule.
Ces cinq affirmations forment, depuis, les cinq principes de la foi protestante. Chacune avait alors été définie directement en opposition aux enseignements de la foi catholique.

Un Salut retrouvé

Sola fides pose la foi personnelle comme seule voie de salut, et s’inscrit ainsi en faux contre l’idée que l’Église et les sacrements peuvent sauver.

Sola scripta insiste sur le fait que la Bible est la seule autorité en matière de foi, et que la tradition ecclésiale n’a aucune légitimité en la matière.

Sola gratia institue que l’on doit tout à la grâce de Dieu qui sauve, et que les œuvres, et notamment les indulgences, n’y font rien. « Nous sommes sauvés par la grâce au moyen de la foi », clarifie le théologien Paul Wells.

Solus Christus installe Jésus comme le seul médiateur possible entre Dieu et sa créature.

Soli deo gloria rappellent que toute la gloire revient à Dieu (et donc condamne le culte de Marie ou d’autres saints).

La plus grande incidence de cette révision théologique vient alors à replacer l’Eglise à sa position d’institution humaine au service du Christ. L’Eglise véritable, dont il est question dans la Bible, « existe partout où le Christ est présent spirituellement », commente encore le théologien. Elle n’a pas besoin d’institution pour exister.

Une fois qui fait société

Cette nouvelle conception du rapport à Dieu n’a pas manqué d’avoir des échos sur les autres pans de la société. Ainsi, la notion si populaire de liberté de conscience a été instituée par les réformateurs comme le lieu souverain de la décision est de la responsabilité individuelle devant Dieu.
Allant de pair avec ce droit à l’autodétermination, sont apparues des valeurs modernes plus contestées, comme l’épargne ou encore l’individualisme.

__________________________________
.
Sur le même thème :

 

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

Revue de presse

« Dieu, la science, les preuves » : l’aube d’une révolution ?

Voilà que ce scientisme tout-puissant auto-proclamé est battu en brèche … par la science elle-même ! Celle-ci s’est comme retournée au cours du XXe siècle, avec une série d'avancées prodigieuses : les découvertes de la thermodynamique, de la Relativité, de la mécanique quantique, de la théorie du Big Bang...

L’objection de conscience sur la sellette

La suppression de l'objection de conscience est la conséquence logique du manque de soubassement moral commun à notre société. Les seules valeurs communes qui ont encore cours dans notre société libérale et individualiste sont l’autonomie et la liberté individuelle comprise comme une liberté factuelle