Médiatisation du protestantisme : Alain Duhamel a raison

Le 12 juillet 2016

Dans le récent documentaire France 5 intitulé « Protestants de France », le politologue et éditorialiste Alain Duhamel concluait par ces mots : « les médias les connaissent très mal, et les évitent le plus possible. Dès qu’il y a le moindre problème (…) immédiatement il y a un triptyque, il y a un évêque – un cardinal catholique, il y a un rabbin, et il y a un imam. Mais il n’y a jamais un protestant ».

Sous-médiatisation, sous-représentation du protestantisme? Histoire d’un reality-check, à l’image de ce que font les excellents décodeurs du journal Le Monde, vérifions cela à partir d’un observatoire tout simple: grâce aux onglets thématiques proposés par le quotidien Le Monde sur son site internet, prenons, dans les rubriques « Catholicisme », « Judaïsme », « Islam », « Bouddhisme » et « Protestantisme » les 7 derniers articles consacrés à chaque religion. Très éclairant!

Sur le catholicisme, on observe que les 7 derniers articles, à dater du 9 juin 2016, au soir, s’échelonnent entre le 20 mai et le 8 juin 2016. Il faut donc 19 jours, au journal Le Monde, pour publier et référencer sept articles sur le catholicisme. Doc ici.

Sur le judaïsme, on observe que les 7 derniers articles, à dater du 9 juin 2016, au soir, s’échelonnent entre le 7 janvier et le 25 mai 2016. Entre ces deux dates, il faut donc environ 4 mois et demi pour que Le Monde publie et référence sept articles sur le judaïsme. Doc ici.

Sur l’islam, les sept derniers articles s’échelonnent entre le 6 et le 9 juin 2016, ce qui veut dire qu’il faut quatre jours au journal Le Monde pour publier et et référencer sept articles sur l’islam. Doc ici.

Sur le bouddhisme, les 7 articles s’échelonnent entre le 19 août 2008 et le 18 avril 2014. Ce qui signifie qu’il a fallu 5 ans et 8 mois au journal Le Monde pour publier et et référencer sept articles sur le bouddhisme. Doc ici.

Enfin, quid du protestantisme ? Les 7 derniers articles ont été publiés entre le 7 mars 2012 et 23 novembre 2015. Conclusion: il a fallu plus de 3 ans et huit mois pour que Le Monde publie et référence sept articles sur le protestantisme. Doc ici.

Si l’on examine maintenant ces éléments au prorata des fidèles et des lieux de cultes, on peut conclure ainsi: l’islam est, de loin, la religion la plus médiatisée par le plus grand quotidien français. On peut même parler d’une surmédiatisation. Le judaïsme et le catholicisme bénéficient, de leur côté, d’une médiatisation considérable, conforme à leur poids respectif. Le bouddhisme, 4e religion de France, reçoit de son côté une médiatisation un peu moins importante, semble-t-il, que le poids qu’il occupe en réalité.

Le moins bien loti est le protestantisme. Alors qu’il rassemble environ 2 millions de personnes aujourd’hui, contre un peu moins de 6 millions pour l’islam, il faut 44 mois pour que Le Monde lui consacre le nombre d’articles qu’il publie sur l’islam en 4 jours. Alors qu’un niveau de médiatisation similaire voudrait que Le Monde ait fait paraître ces 7 articles sur le protestantisme en 12 jours.

Et alors que le périmètre démographique du protestantisme est près de 4 fois plus important que le périmètre du judaïsme, le rythme de parution sur le judaïsme est 10 fois plus rapide (4 mois et demi) que sur le protestantisme (3 ans et 8 mois, soit 44 mois).

Source : Blog de Sébastien Fath

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

Faut-il tenir compte du changement climatique dans la décision d’avoir ou non des enfants ?

Faut-il tenir compte du changement climatique dans la décision d’avoir ou non des enfants ?

La décision d’avoir ou non des enfants nous oblige à faire le point sur nos finances, notre situation de vie, nos projets de carrière, etc. Et depuis quelques années, une autre question se pose, alimentée par la crise climatique qui se profile: quel est l’impact des enfants sur la planète?

Revue de presse

L’objection de conscience sur la sellette

La suppression de l'objection de conscience est la conséquence logique du manque de soubassement moral commun à notre société. Les seules valeurs communes qui ont encore cours dans notre société libérale et individualiste sont l’autonomie et la liberté individuelle comprise comme une liberté factuelle