Bernard Cazeneuve juge « incontestables » les racines chrétiennes de la France

Le 25 janvier 2016

Bernard Cazeneuve s’est livré à une opération de séduction à l’intention des chrétiens en accordant le 20 janvier une interview exclusive à La Croix qui inaugurait sa nouvelle formule. Défendant l’état d’urgence, il a plaidé pour une laïcité apaisée face à ceux qui à gauche ou à droite, estiment qu’il faut la durcir pour répondre au terrorisme : « La laïcité n’a pas à se durcir, mais à s’affirmer, a-t-il déclaré. Tout est déjà dans la loi. Il faut l’appliquer, sereinement, sagement, sans chercher à la détourner contre une religion particulière. Vouloir lancer une déclaration de guerre aux religions serait une erreur funeste ».

« L’opium les plus toxique, c’est l’ignorance »

Le ministre de l’Intérieur s’est démarqué du laïcisme en définissant la laïcité comme ce qui « garantit la liberté de croire, ou de ne pas croire, et dès lors qu’on a fait le choix libre de sa religion, garantit aussi qu’on puisse la pratiquer librement ». Dans une pique aux adeptes de la doxa marxiste qui « ont longtemps estimé que la religion était l’opium du peuple », il rétorque que « l’opium le plus toxique est l’ignorance, y compris l’ignorance des religions, de leur histoire, de leurs croyances ». Il s’est même livré à une apologie de la vie spirituelle en déclarant : « Je vois mal, alors que je suis personnellement agnostique, comment un être humain peut avoir une vie riche et dense s’il ne s’ouvre pas, à un moment, à la réflexion spirituelle ».

« Incontestables au regard de son Histoire »

Enfin, Bernard Cazeneuve a évoqué comme une réalité historique indéniable les racines chrétiennes de notre pays : « Les racines chrétiennes de la France sont incontestables au regard de son histoire. Ce qui est contestable, c’est de vouloir en faire un motif d’exclusion de ceux qui ne sont pas chrétiens ou d’oublier la contribution qu’ils ont apportée eux aussi à l’Histoire de notre pays. »

Sans nier qu’une telle tentation existe ici ou là, on n’a pas le sentiment qu’elle ait particulièrement menacé ceux qui exercent le pouvoir en France – y compris via les médias –, non seulement depuis trois ans mais depuis des décennies. On avait même eu la nette impression avec l’actuel gouvernement qu’il s’agissait bel et bien d’éradiquer tout ce qui porte la trace du christianisme pour fonder une « nouvelle civilisation » comme l’avait déclaré Christiane Taubira en instaurant le « mariage pour tous ».

Retenons néanmoins que le ministre de l’Intérieur s’efforce depuis quelque temps de nuancer la « vision idéologique » de la laïcité qui prévalait au sein de la majorité depuis le slogan « la démocratie plus forte que les religions » de la campagne présidentielle de François Hollande.

Source : Aleteia

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

Faut-il tenir compte du changement climatique dans la décision d’avoir ou non des enfants ?

Faut-il tenir compte du changement climatique dans la décision d’avoir ou non des enfants ?

La décision d’avoir ou non des enfants nous oblige à faire le point sur nos finances, notre situation de vie, nos projets de carrière, etc. Et depuis quelques années, une autre question se pose, alimentée par la crise climatique qui se profile: quel est l’impact des enfants sur la planète?

Revue de presse

L’objection de conscience sur la sellette

La suppression de l'objection de conscience est la conséquence logique du manque de soubassement moral commun à notre société. Les seules valeurs communes qui ont encore cours dans notre société libérale et individualiste sont l’autonomie et la liberté individuelle comprise comme une liberté factuelle