Billy Graham parmi les hommes les plus admirés d’Amérique

Le 22 janvier 2016

Pour la 59e fois, Billy Graham figure dans la liste des dix personnes les plus admirées par les Américains, selon un sondage Gallup réalisé auprès de 824 adultes et rendu public le 28 décembre. En tête de liste, on trouve Barak Obama, le pape François et Donald Trump.

Billy Graham reste humble

Franklin Graham, le fils du célèbre évangéliste, a profité de cette distinction honorifique pour souligner l’humilité de son père. «Mon père aurait dit: “Ce n’est pas de moi qu’il doit être question, mais de Jésus-Christ. Je me souviens d’une conférence qu’il avait donnée devant une foule importante. Devant les applaudissements nourris, il avait cité ce verset de Jean 3,30: “Il faut qu’il croisse et que je diminue”».

Billy Graham est âgé de 97 ans et trop faible pour continuer de prêcher. Mais il reste sain d’esprit, et sa passion à vouloir partager l’Evangile est intacte, selon le Gospel Herald.

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

L’antispécisme, un nouvel obscurantisme ?

L’antispécisme, un nouvel obscurantisme ?

La confusion entre le monde animal et le monde humain ne peut servir de fondement à la protection des animaux. L’antispécisme refuse de reconnaître la différence spécifique qui sépare les humains du reste du monde animal. L’objectif est semble-t-il louable : condamner et empêcher les souffrances infligées aux animaux par les humains.

Revue de presse

« Dear Future Mom » : la censure française devant la CEDH

La censure de la campagne de sensibilisation « Dear Future Mom » proposée à l’occasion de la journée mondiale de la trisomie 21 en 2014 arrive devant la Cour européenne des droits de l’homme. La Fondation Jérôme Lejeune, partenaire de...

L’antispécisme, un nouvel obscurantisme ?

La confusion entre le monde animal et le monde humain ne peut servir de fondement à la protection des animaux. L’antispécisme refuse de reconnaître la différence spécifique qui sépare les humains du reste du monde animal. L’objectif est semble-t-il louable : condamner et empêcher les souffrances infligées aux animaux par les humains.