Verdict d’Angoulême : le CNEF s’interroge

Le 4 novembre 2015

En cause, la distribution d’un tract intitulé « Délivré de l’homosexualité » où un jeune homme raconte le changement radical qu’a opéré sa rencontre avec le Christ.

Les chefs d’accusation retenus par le tribunal sont discrimination et insulte, en raison de l’orientation ou de l’identité sexuelle. Les 2 prévenus ont immédiatement fait appel de la décision. Si celle-ci venait à être confirmée, elle marquerait un net recul en matière de liberté d’expression. En effet, rien dans le texte du tract en question ne s’apparente de près ou de loin à de la discrimination ou de l’injure. Le jeune homme y fait simplement état du trouble intérieur occasionné par le style de vie qu’il menait, puis de son changement radical suite à une expérience religieuse. À aucun moment, il ne met en cause les convictions ou choix de vie d’autres personnes.

Dans l’attente de l’arrêt de la cour d’Appel, le Conseil national des évangéliques de France s’interroge : le droit de critiquer ou de caricaturer une religion serait-il en train de devenir plus important que celui d’exprimer ses convictions et expériences religieuses dans notre pays ?
Il tient à rappeler que la liberté d’expression est un bien indivisible et protège toutes les opinions quelles qu’elles soient. On ne peut la réclamer pour soi sans l’accorder aux autres, sauf à la transformer en instrument de propagande pour une cause partisane.

Dans sa campagne « Libre de le dire » en faveur de la liberté d’expression, le CNEF défend par conséquent le pluralisme des opinions et des expressions qui est certainement une des clés du vivre ensemble dans la diversité actuelle de notre pays.

Tout en exprimant sa pleine solidarité avec les prévenus, le CNEF tient à faire savoir qu’il restera attentif aux suites de cette affaire ainsi qu’à toutes celles où la liberté d’expression pourrait être mise en cause.

Source : Communiqué de presse du CNEF
Le Conseil national des évangéliques de France (CNEF) a été créé officiellement le 15 juin 2010. Organe représentatif, il rassemble plus de 70% des évangéliques et plus d’une centaine d’organisations paraecclésiastiques. Il est membre de l’Alliance évangélique européenne et de l’Alliance évangélique mondiale.

Télécharger le communiqué en PDF

Lire égalementLes deux chrétiens accusés pour avoir partagé le témoignage d’un ex homosexuel condamnés
et l’analyse du CPDH « Où commence l’homophobie ? »

Sur l’origine de l’affaire :

 

Revue de presse

Revue de presse

Les Français croient de moins en moins en Dieu

En 2021, 51% d'entre eux affirment ne pas être croyants, contre 44% dix ans plus tôt, selon un sondage Ifop* pour l'Association des journalistes d'information sur les religions.

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.