Loi sur la fin de vie : le Sénat pose ses limites

Le 22 juin 2015

Les députés ont voulu clarifier le rôle de la sédation profonde: celle-ci ne doit pas avoir pour but de provoquer la mort intentionnellement. N’étant plus définie comme «continue jusqu’au décès», elle laisse au médecin l’opportunité de réveiller le malade et de réévaluer l’indication de sédation.

Autre amendement adopté, celui qui considère que «l’hydratation et la nutrition artificielles ne rentrent pas dans un cadre d’acharnement thérapeutique et ne peuvent donc pas être considérées comme un traitement». En effet, elles ne visent pas un effet thérapeutique mais répondent à un besoin fondamental. Cette résolution sonne comme une réponse à la Cour européenne des droits de l’homme, qui a validé le 5 juin la décision d’arrêt des soins de Vincent Lambert.

Source : Evangeliques.info

Sur le même thème :

Revue de presse

Revue de presse

Les Français croient de moins en moins en Dieu

En 2021, 51% d'entre eux affirment ne pas être croyants, contre 44% dix ans plus tôt, selon un sondage Ifop* pour l'Association des journalistes d'information sur les religions.

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.