Parlement européen : vers un « droit inaliénable » à l’avortement

Le 13 mars 2015

Ce mercredi 12 mars, le Parlement Européen a adopté le rapport Panzeri, le rapport annuel 2013 sur« les droits de l’homme et la démocratie dans le monde, et la politique de l’Union européenne en la matière ». Ce rapport inclut un paragraphe qui veut promouvoir l’avortement comme « droit fondamental ». La résolution « déplore que le corps des femmes et des filles, en particulier en ce qui concerne leur santé sexuelle et génésique et les droits y afférents, suscite encore des débats idéologiques et demande à l’Union et à ses États membres de reconnaître le droit inaliénable des femmes et des filles à l’intégrité physique et à la prise de décisions autonome pour ce qui est, entre autres, du droit à l’accès à la planification familiale volontaire, du droit à l’avortement légal et sans risque ».

De la même façon qu’avec  le rapport Tarabella (cf. Génèthique du 11 mars 2015), « le rapport Panzeri viole le principe de subsidiarité ». Or « l’Europe n’a pas besoin de moins de subsidiarité, mais de plus de respect pour les législations  nationales.  L’Europe n’a pas besoin d’avortements mais de plus de soutien aux mères et une réelle éducation relationnelle et sexuelle » déclare Maria Hildingsson, secrétaire générale de la FAFCE[1] .

[1] Fédération des Associations Familiales Catholiques en Europe

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

Faut-il tenir compte du changement climatique dans la décision d’avoir ou non des enfants ?

Faut-il tenir compte du changement climatique dans la décision d’avoir ou non des enfants ?

La décision d’avoir ou non des enfants nous oblige à faire le point sur nos finances, notre situation de vie, nos projets de carrière, etc. Et depuis quelques années, une autre question se pose, alimentée par la crise climatique qui se profile: quel est l’impact des enfants sur la planète?

Revue de presse

L’objection de conscience sur la sellette

La suppression de l'objection de conscience est la conséquence logique du manque de soubassement moral commun à notre société. Les seules valeurs communes qui ont encore cours dans notre société libérale et individualiste sont l’autonomie et la liberté individuelle comprise comme une liberté factuelle