45 000 marcheurs pour la vie dans les rues de Paris

Le 26 janvier 2015

Après 40 000 l’an passé, ils étaient donc 45 000 marcheurs cette année, présents dans les rues de Paris pour dire « non » à l’avortement, à l’euthanasie, et à la culture de mort. « À l’heure où François Hollande veut engager une réforme de la fin de vie qui va légaliser certains actes euthanasiques », font savoir les organisateurs de la marche, « les marcheurs se sont soudés autour de Viviane Lambert », la mère de Vincent Lambert, ce tétraplégique de 38 ans, en état végétatif, dont le sort déchire sa famille.

Les idées gagnent du terrain

Les marcheurs affichaient donc plusieurs revendications concernant la fin de vie, notamment le refus de toute sédation destinée à provoquer la mort, ainsi que le développement des soins palliatifs. Julie Graziani, porte-parole de la marche pour la vie a dressé au micro de Radio Vatican le bilan de cette marche 2015 : « Nous sommes très contents, car avec 45000 personnes, nous avons fait un peu plus que l’année précédente, ce qui confirme que les effectifs de la marche sont en croissance depuis dix ans. C’est bon signe, cela veut dire que les idées gagnent du terrain. » 

Julie Graziani affiche également sa satisfaction quant à l’accueil réservé au thème de cette marche : « cela a été une évidence dans l’esprit des marcheurs qu’il y  avait une cohérence une superoposition parfaite, entre le refus de l’euthanasie et le refus de l’avortement, surtout tel qu’il se pratique aujourd’hui. Ils ont bien compris que l’on tenait en fait les deux bouts de la chaîne, avec la marche pour la vie. » Seul bémol aux yeux de la porte-parole de la Marche pour la vie : le traitement médiatique dont la Marche fait l’objet : « sur tous les grands médias, cela a été réduit à très peu de choses. Le chiffre de participants que je vous donne est à mettre en relation avec la faible résonnance médiatique dont on bénéficie. Si les médias annonçaient cette marche dans les jours qui précèdent, nous aurions beaucoup plus de monde. »

Source : Aleteia

Lire le communiqué de la Marche pour la Vie

En renseignant votre adresse email, vous consentez à notre politique de confidentialité. Aucune information commerciale ne vous sera envoyée.
Si le formulaire ne s’affiche pas, merci de désactiver votre bloqueur de pub.

Revue de presse

Faut-il tenir compte du changement climatique dans la décision d’avoir ou non des enfants ?

Faut-il tenir compte du changement climatique dans la décision d’avoir ou non des enfants ?

La décision d’avoir ou non des enfants nous oblige à faire le point sur nos finances, notre situation de vie, nos projets de carrière, etc. Et depuis quelques années, une autre question se pose, alimentée par la crise climatique qui se profile: quel est l’impact des enfants sur la planète?

Revue de presse

L’objection de conscience sur la sellette

La suppression de l'objection de conscience est la conséquence logique du manque de soubassement moral commun à notre société. Les seules valeurs communes qui ont encore cours dans notre société libérale et individualiste sont l’autonomie et la liberté individuelle comprise comme une liberté factuelle