Une étude montre des différences anatomiques notables entre le cerveau des hommes et des femmes

Une analyse scientifique de plus de 2 000 scanners cérébraux a mis en évidence « des différences sexuelles hautement reproductibles » au niveau du volume des zones du cerveau, entre les hommes et les femmes. Cette étude a identifié que « les différences de volume cortical entre les sexes sont déterminés par des gènes situés sur les chromosomes sexuels X et Y ».

Mis en ligne le 17 août 2020 Imprimer Imprimer

Une analyse scientifique de plus de 2 000 scanners cérébraux a mis en évidence « des différences sexuelles hautement reproductibles » au niveau du volume des zones du cerveau, entre les hommes et les femmes. Ces données, provenant de « 976 adultes en bonne santé âgés de 22 à 35 ans » ont montré clairement que les femmes avait un volume cortical plus élevé « dans le cortex préfrontal médial et latéral, le cortex orbitofrontal, le cortex temporal supérieur et le cortex pariétal latéral », quand les hommes avaient un volume cortical plus élevé « dans les régions temporales ventrales et les régions occipitales, y compris le pôle temporal, le gyrus fusiforme et le cortex visuel primaire ».

Des études précédentes avaient suggéré que ces différences pouvaient être dues aux hormones sexuelles. Au contraire, cette étude a identifié que « les différences de volume cortical entre les sexes sont déterminés par des gènes situés sur les chromosomes sexuels X et Y ».

« Le fait que nous ayons observé un très haut niveau de reproductibilité des différences anatomiques entre les sexes dans différents groupes d’hommes et de femmes, et un lien entre ces différences et l’expression des gènes des chromosomes sexuels, suggère que ces différences ne sont probablement pas dues uniquement aux effets environnementaux » a déclaré M. Raznahan, auteur principal de l’étude. L’étude a été publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences.

Pour aller plus loin :

« Les différences cérébrales entre les sexes commencent dès l’utérus » affirme une étude américaine


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail