Une étude conclut à l’existence de la souffrance fœtale

Cette étude transversale a porté sur 13 fœtus de 28 à 34 semaines de grossesse. 5 fœtus présentant une hernie diaphragmatique avec indication de chirurgie intra-utérine (occlusion trachéale endoluminale fœtoscopique) et 8 fœtus sains ont été filmés dans une des trois conditions…

Mis en ligne le 24 février 2021 Imprimer Imprimer

Une étude, Sorting pain out of salience : assessment of pain facial expressions in the human fetus, publiée à la fin du mois dernier par une équipe de chercheurs brésiliens, a mis en évidence une différence de réponse entre les fœtus exposés à un stimulus douloureux (une injection d’anesthésique) et ceux qui ne l’étaient pas.

Cette étude transversale a porté sur 13 fœtus de 28 à 34 semaines de grossesse. 5 fœtus présentant une hernie diaphragmatique avec indication de chirurgie intra-utérine (occlusion trachéale endoluminale fœtoscopique) et 8 fœtus sains ont été filmés dans une des trois conditions :

  • groupe de douleur aiguë : les fœtus subissant une chirurgie intra-utérine ont été évalués en période préopératoire pendant l’injection anesthésique dans la cuisse ;
  • groupe témoin au repos : les expressions faciales au repos ont été enregistrées pendant les examens échographiques programmés ;
  • groupe témoin : sursaut acoustique : les expressions faciales du fœtus ont été enregistrées pendant le stimulus acoustique (500-4000 Hz ; 60-115 dB).

Les évaluateurs aveugles aux groupes de fœtus ont noté 65 images d’expressions faciales fœtales. Sur la base de la présence de 12 mouvements faciaux, sept ont été retenus : abaissement des sourcils, yeux serrés, approfondissement du sillon nasogénien, lèvres ouvertes, étirement horizontal de la bouche, étirement vertical de la bouche, déviation du cou. Les rapports d’expressions faciales montrent de la douleur dans le groupe « douleur aiguë » par rapport à ceux des groupes de contrôle : de 11 (déviation du cou) à 1 400 (étirement horizontal de la bouche). En utilisant l’outil final en sept points, les chercheurs ont montré que 5 est la valeur limite permettant de distinguer la douleur d’un sursaut non douloureux et du repos.

Les fœtus du groupe « douleur aiguë » ont présenté une réponse faciale liée à la douleur aiguë « qui peut avoir été ressentie comme une douleur » : aucun fœtus témoin n’a obtenu un score supérieur à 4, alors que dans le groupe « douleur aiguë », aucun score n’était inférieur à 5.

Cette étude met en évidence l’existence d’une douleur fœtale. Les chercheurs concluent à la possibilité d’étudier les réponses à la douleur pendant la vie intra-utérine, ce qui peut avoir des implications pour la gestion postopératoire de la douleur après des interventions chirurgicales intra-utérines.

Source : Généthique
.
_______________________________________

Ndlr. Depuis de nombreuses années, la douleur fœtale avait été établie par plusieurs études internationales au point que certains ont préconisé d’endormir le fœtus avant un avortement …« pour qu’il ne souffre pas ! ».


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail