Partager :

">

Partager :

" />

Un évêque anglican contraint de révéler son homosexualité

Le Dr Nicholas Chamberlain, évêque de Grantham en Angleterre, est devenu le premier évêque de l’Église anglicane d’Angleterre à révéler « qu’il est homosexuel et qu’il vit en couple ».

Mis en ligne le 16 septembre 2016 Imprimer Imprimer

Le Dr Justin Welby, archevêque de Cantorbéry et primat de la Communion anglicane, a reconnu être au courant que cet évêque était « engagé dans une liaison de long-terme » lors de sa consécration en novembre dernier.

Dans un article paru vendredi 2 septembre dans The Guardian, Dr Nicholas Chamberlain explique avoir pris les devants parce qu’un journal dominical – dont il ne donne pas le nom – menaçait de publier l’histoire.

« Ce n’était pas ma décision de faire toute une histoire de ce coming out », déclare-t-il. « Les gens savent que je suis gay (…). J’ai une sexualité, cela fait partie de moi, mais c’est sur mon ministère que je veux me concentrer. »

L’Église anglicane au courant

Il ajoute que l’Église anglicane était au courant quand il a été nommé dans ses fonctions, et consacré en novembre dernier.

Ce qu’a confirmé le Dr Justin Welby, archevêque de Canterbury et primat de la Communion anglicane, dans un communiqué : « Je suis parfaitement au courant de la relation dans laquelle l’évêque Nick est engagé depuis longtempsSa nomination en tant qu’évêque de Grantham a été décidée sur la base de ses qualités et de sa capacité à servir l’Église », écrit-il. Pour le primat de l’Église anglicane, « sa sexualité n’a aucun rapport avec ses fonctions ».

Selon le Guardian, des rumeurs sur l’homosexualité de certains évêques « circulent depuis des décennies », mais aucun évêque n’avait jusqu’ici décidé d’aborder ouvertement le sujet.

« L’Église (NDLR : anglicane) a dit depuis un certain temps qu’il serait injuste d’exclure de l’accès à l’épiscopat toute personne cherchant à vivre pleinement en conformité avec l’enseignement de l’Église sur l’éthique sexuelle ou sur d’autres domaines de la vie personnelle ou de la discipline », a également rappelé l’institution dans un communiqué.

« Nous ne doutons pas qu’il a de nombreux dons comme chef et comme pasteur », a réagi de son côté la Conférence globale sur l’avenir de l’anglicanisme (Gafcon), recouvrant l’aile conservatrice de l’Église anglicane. « Cependant, certains aspects de cette nomination sont une cause sérieuse de préoccupation pour les Anglicans bibliquement orthodoxes ; nous pensons donc que cette nomination est une erreur majeure ».

La Communion anglicane déchirée

Mariage homosexuel1La question de la reconnaissance des unions ou de l’ordination de personnes homosexuelles déchire depuis des années la Communion anglicane, opposant des Église plus libérales – les épiscopaliens aux États-Unis – aux conservateurs majoritaires au Kenya ou au Nigeria par exemple.

L’Église d’Angleterre autorise depuis 2005 les hommes et femmes homosexuels unis dans le cadre d’un partenariat civil uniquement à devenir prêtres. En 2013, elle a levé l’interdiction faite aux prêtres homosexuels unis civilement avec leur partenaire d’être ordonnés évêques.

Tout en reconnaissant que l’amour mutuel et la fidélité sont présents au sein des couples homosexuels, les évêques de l’Église anglicane d’Angleterre se sont en revanche opposés, en 2015, à l’entrée en vigueur du mariage homosexuel en Angleterre et au Pays de Galles, refusant en particulier l’idée d’une « bénédiction » des couples, tant pour les clercs que pour les laïcs.

« Je ne pense pas que nous ayons atteint le stade où l’Église va marier des couples de même sexe », déclare d’ailleurs l’évêque de Grantham dans les colonnes du Guardian.

Aux États-Unis, l’Église épiscopalienne a, elle, décidé d’ouvrir le mariage religieux aux personnes de même sexe, quelques jours après le choix de la cour suprême américaine de légaliser le mariage homosexuel sur l’ensemble du territoire des États-Unis en 2015.

> À lire aussi : L’Église anglicane autorise l’ordination d’évêques homosexuels unis civilement
La Communion anglicane évite l’implosion

Anne-Bénédicte Hoffner
Source : La Croix
_________________________________________
.
Sur le même thème :

 


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail