Partager :

">

Partager :

" />

Un atelier de vases en pierre datant de 2 000 ans découvert en Galilée

Dans une grotte calcaire à mi-chemin entre Nazareth et la ville biblique de Cana, les archéologues ont récemment découvert un atelier du 1er siècle de l’ère commune qui produisait des vases en pierre similaires à ceux qui contenaient l’eau que Jésus a transformée en vin.

Mis en ligne le 24 août 2016 Imprimer Imprimer

Crédit photo : Yonatan Adler

Plusieurs bols et tasses en pierre à différents stades de production ont été retrouvés dans les entrailles de la grotte, suggérant qu’elle a pu abriter une manufacture active de produits en pierre. Le site, connu aujourd’hui sous le nom d’Einot Amitai, est le premier site de fabrication de grès de ce type à être découvert en Galilée qui date de l’époque du Deuxième Temple, ont annoncé les chercheurs.

Bien que des preuves de production de vases en calcaire aient été retrouvées sur d’autres sites de Galilée, il n’y a qu’à Einot Amitai que les archéologues ont retrouvé une carrière et l’atelier où ils étaient fabriqués.

La grotte a été découverte en 2001, quand des habitants de la ville voisine démolissaient une parcelle de terrain et l’ont identifiée. Une étude partielle du site avait indiqué qu’il avait pu être impliqué dans la production de biens en calcaire, mais les archéologues n’ont lancé une fouille plus complète que pendant ce mois d’août.

Les vases de calcaire ont été populaires en Judée au milieu du 2e siècle précédant l’ère commune et ont été utilisés pendant la période romaine. Les archéologues des universités d’Ariel et de Malte, qui ont mené la fouille, ont cherché à déterminer si la production de vases en pierre avait continué en Galilée après la seconde révolte juive contre Rome en 135.

Des fragments de bols, d’assiettes et de coupes en pierre ont été trouvés dans des implantations juives dans toute la Judée, mais très peu ont été identifiés dans des contextes non juifs de l’époque, suggérant un possible motif religieux à leur utilisation, a déclaré Yonatan Adler, de l’université d’Ariel, expert de l’ancienne loi rituelle juive qui a dirigé les fouilles.
(…)

Des bocaux en pierre sont mentionnés dans le Nouveau Testament, quand l’Evangile selon Jean [II, 6] raconte qu’au mariage à Cana, « il y avait là, pour les purifications des Juifs, six urnes de pierre contenant chacune deux ou trois mesures. »

Nous savons tous ce qu’a fait Jésus avec l’eau. Mais ce que suggère Adler est qu’il est « certainement possible, peut-être même probable, que les larges récipients de pierre du type mentionné dans l’histoire du mariage à Cana aient pu être produits localement en Galilée dans une grotte similaire à celle que nous fouillons maintenant. » La ville moderne de Kfar Kanna, située à un peu plus d’un kilomètre au nord de la gratte, est après tout associée à la Cana biblique.

Lire le texte complet

Source : The times of Israël

______________________________________

Sur le même thème :


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail