Suisse : la future Haute école de théologie dans le collimateur des milieux LGBT

Les milieux LGBT lassent ! A l’affût de toute polémique qui alimenterait leur plaidoyer, ils s’en prennent maintenant à la HET-PRO qui, selon eux, n’accepterait pas de personnes à tendances homosexuelles.

Mis en ligne le 24 mars 2017 Imprimer Imprimer

Les milieux LGBT se montrent de plus en plus offensifs contre les institutions ou Eglises qui témoignent de réserves par rapport à leur mode de vie. L’Eglise catholique en a fait les frais en été 2015 avec l’affaire Vitus Huonder, qui s’est terminée par une condamnation en justice des milieux LGBT.
Aujourd’hui ces mêmes milieux mettent en cause via leur magazine 360o le projet de HET-PRO (Haute École de Théologie*) et certaines réserves à l’endroit d’homosexuels pratiquants parmi ses étudiants.

En fin de semaine dernière 360o, le magazine LGBT Suisse, a réagi à un article paru en allemand sur le site ref.ch où Jean Decrovet, recteur de la Haute Ecole de théologie protestante (HET-PRO), disait qu’il « ne pouvait pas se représenter d’autoriser à un homosexuel pratiquant l’accès aux études dans le cadre de la HET ». Selon François Touzain, l’auteur de l’article « Formation en théologie : gays et lesbiennes s’abstenir », « il faudrait avoir en poche un certificat de bonne vie et mœurs hétéro pour accéder à la formation dispensée à Saint-Légier ».

Une reprise dans 20 Minutes et dans 24 heures

Cet article a été résumé vendredi dernier par le gratuit 20 Minutes, manifestement sans aucun coup de fil à la HET-PRO pour vérification ou pondération.

Dans l’édition d’aujourd’hui, 24 heures revient sur le sujet et donne la parole à David Richir. Le doyen de la HET relève que « les propos de Jean Decorvet ont été mal rapportés » et que la politique de la HET « est que l’école soit ouverte à tous et toutes. L’orientation sexuelle n’est pas un critère d’admission et il n’y aura pas de tests effectués sur ce point ». Mais le doyen ajoute que la « conviction de la HET-PRO se fonde sur une tradition millénaire qui met en avant le couple formé par un homme et une femme comme étant ce que Dieu souhaite… » David Richir explique ensuite que « ce mode de vie pourrait avoir de la peine à trouver sa place » dans la nouvelle institution. Et ce d’autant plus si l’étudiant se montre militant dans ce domaine. « Comme pour tout autre militantisme en opposition frontale avec nos valeurs », ajoute-t-il.

*La HET-PRO est un projet initié par des pasteurs et théologiens réformés et évangéliques, qui vise à former des jeunes pour un service dans l’Eglise et au dehors à partir de convictions évangéliques. Elle ouvrira ses portes en septembre prochain et remplacera l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs à Saint-Légier (VD).
Serge Carrel

Source : LaFree.ch

____________________________________

Sur le même thème :

 

 


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail