Suisse : condamnation d’un pasteur évangélique arrêté en plein culte pour avoir aidé un migrant

Le pasteur Norbert Valley dit ne pas se sentir coupable de quoi que ce soit dans cette affaire. « Je n’ai fait que mon devoir d’assistance à une personne en danger, souligne-t-il, ce qui est un des principes fondateurs de l’humanité, de l’Evangile et de l’Etat de droit. »

Mis en ligne le 31 août 2018 Imprimer Imprimer

Le pasteur Valley a été condamné pour avoir « offert le gîte et des repas » à un demandeur d’asile refoulé. Le 15 août, la justice de Neuchâtel a prononcé une peine de 1000 francs suisses avec sursis et 250 francs de frais de justice, selon le site lafree.ch.

Norbert Valley a annoncé qu’il ferait appel de sa condamnation, « non pour éviter la sanction pénale mais pour imaginer et rêver que mon pays ne va pas si mal qu’il n’y paraît », a-t-il écrit au Ministère public du canton de Neuchâtel. Cet ancien président du Réseau évangélique suisse, pasteur de la Fédération romande d’Eglises évangéliques (FREE), estime qu’il n’a fait que son devoir d’assistance à une personne en danger, « ce qui est un des principes fondateurs de l’humanité, de l’Evangile et de l’Etat de droit ».

En février dernier, la police du Locle avait arrêté le pasteur en plein culte de l’Eglise évangélique de l’Arc jurassien, où il exerce un temps partiel. Sans attendre la fin de la célébration, les policiers ont demandé à Norbert Valley de les suivre. Il avait donc dû confier la présidence à un autre ancien.

Le réfugié togolais accueilli par Norbert Valley était sous le coup d’un mandat d’expulsion. Toutefois, il avait été relâché après avoir été interpellé en décembre 2017. De plus, il avait « laissé un excellent témoignage partout où il était passé », d’après lafree.ch.

_________________________________________________
.
Sur le thème :

Suisse : Le RES proteste contre l’émergence d’un «délit de solidarité» après la condamnation de son ancien président


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail