Pour Jacques Testart, le transhumanisme est un nouvel eugénisme

A l’origine de la naissance d’Amandine, le premier bébé éprouvette français, le Professeur Jacques Testart explique : « Je croyais avoir accompli un acte de plomberie, pour réparer la stérilité d’un couple, mais je me suis rendu compte qu’il s’était passé quelque chose de beaucoup plus profond anthropologiquement.

Mis en ligne le 20 août 2018 Imprimer Imprimer

« La modernité a popularisé le droit à l’enfant et commence à consacré le droit à l’enfant de qualité ».Jacques Testart, auteur d’un nouveau livre Au péril de l’humain, dénonce le transhumanisme qui « se donne pour but d’améliorer l’espèce humaine grâce à la technologie, en visant la santé parfaite, les performances physiques et intellectuelles et l’immortalité », comme étant « le nouveau nom de l’eugénisme ».

Parmi les promoteurs de l’idéologie, on trouve des extrémistes qui « prônent ouvertement la fusion de l’homme avec la machine, d’autres plus ‘modérés’, à l’instar d’un Laurent Alexandre ou d’un Luc Ferry en France, croient en une sorte d’hyperhumanisme fondé sur la technologie ».  Pour les uns comme pour les autres, c’est « la rencontre d’un infantilisme archaïque avec une puissance technologique inédite ». Le transhumanisme exalte la santé parfaite et l’immortalité « des promesses qui ne pourront jamais être tenues » alors même que « l’espérance de vie en Occident est n train de marquer le pas ». Il veut « offrir un nouveau salut par la technique à des hommes qui ont acté la mort de Dieu et n’ont plus de grands projets politiques. Il se substitue aussi à un capitalisme essoufflé qui avait promis progrès social et croissance sans limites ».

Pour mieux répandre leurs théories, les partisans du transhumanisme estiment qu’il n’y a pas d’alternative : « Il faut suivre ou l’on finira écrasés », mais « suivre la pente est une facilité. L’alignement sur le pire n’est pas une perspective réjouissante ».

Interrogé au sujet des Etats généraux de la bioéthique, le chercheur estime qu’ils passent à côté de la consultation citoyenne qui était leur raison d’être : « Les États généraux de la bioéthique sont devenus une simple mise à jour du droit à partir des avancées de la science mais surtout des exigences de certains lobbys. Il s’agit à chaque fois d’ajouter une nouvelle permissivité plutôt que de fixer des limites. On nous dit qu’il n’y a pas d’alternative, mais il n’y a pas non plus de retour en arrière possible. Chaque loi votée est « une avancée » irréversible. Prochainement, ce sera la PMA et, dans sept ans, à l’occasion des prochains États généraux, on légalisera peut-être la GPA ».

A l’origine de la naissance d’Amandine, le premier bébé éprouvette français, Jacques Testart explique : « Je croyais avoir accompli un acte de plomberie, pour réparer la stérilité d’un couple, mais je me suis rendu compte qu’il s’était passé quelque chose de beaucoup plus profond anthropologiquement. En 1986, dans L’Œuf transparent, j’ai tenté d’expliquer en quoi cette démarche d’apprenti sorcier était révolutionnaire : désormais on pouvait voir l’œuf, le début de la conception, avant même la naissance. Cette pré-naissance ouvrait la voie au diagnostic pré-implantatoire (DPI, inventé quatre ans plus tard), et donc à l’eugénisme consenti (…) En 1994, le DPI a été autorisé pour les porteurs d’une maladie grave. Depuis 2000, il est ouvert aux ‘risques de maladies’, c’est-à-dire potentiellement à tout le monde ». Il regrette : « Certains veulent aller toujours plus loin. Le comité d’éthique de l’Inserm et l’Académie de médecine voudraient passer tous les embryons au DPI. Plus que l’extension de la PMA à ‘toutes’ ou l’acceptation de la GPA, je crois que c’est là l’enjeu capital de la bioéthique : la sélection des embryons et celle des personnes à venir. C’est ça la véritable révolution qui explosera dès que les embryons seront fabriqués par dizaines et sans servitudes médicales ».


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail