Palestine : les principaux points du plan de paix du président Trump

Le président américain Donald Trump a présenté le 28 janvier son plan de paix pour le Proche-Orient qui prévoit un Etat très conditionnel pour les Palestiniens, l’annexion des implantations en Judée Samarie et enterre le droit au retour des réfugiés palestiniens.

Mis en ligne le 30 janvier 2020 Imprimer Imprimer

En voici les principaux points :

La Judée Samarie : implantations et frontières

Les Etats-Unis sont prêts à reconnaître sans délai l’annexion par Israël à son territoire des implantations, soit quelque 30% de la Judée Samarie, qui reviendrait ainsi officiellement à l’Etat hébreu.

Washington est notamment prêt à acter la souveraineté d’Israël sur la Vallée du Jourdain.

Un futur Etat palestinien sur ces tracés serait donc nettement en-deçà de ce à quoi aspirent les Palestiniens qui revendiquent les frontières de 1967. Or lors de la fin de la Guerre des Six Jours en 1967, l’ensemble de la Judée Samarie, renommée Cisjordanie par la Jordanie, a été libérée de l’occupation jordanienne. Israël a laissé ses territoires aux Arabes qui y vivaient sans pour autant que des « frontières » soient définies en 1967.

Donald Trump a toutefois insisté sur le fait que les Palestiniens verraient leur territoire « doubler » par rapport à aujourd’hui. Israël s’engagerait de son côté à geler le développement de toute implantation pendant quatre ans.

Un Etat palestinien 

Les Palestiniens auraient droit à un Etat, mais sous conditions. Ils doivent reconnaître Israël comme « Etat juif », « rejeter le terrorisme sous toutes ses formes » et renforcer leurs institutions.

Israël resterait responsable de la sécurité et du contrôle de l’espace aérien à l’ouest de la Vallée du Jourdain, tandis que le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, serait « désarmé ». L’Etat palestinien, « démilitarisé », occuperait près de 70% de la Judée Samarie reliés à la bande de Gaza par un tunnel.

Le plan Trump propose ainsi « des réseaux de transport modernes et efficaces pour des déplacements faciles » aussi bien pour les personnes que pour les biens. Avec notamment une liaison ferroviaire à grande vitesse entre Gaza et la Judée Samarie.

Jérusalem, capitale d’Israël, Abou Dis capitale de l’Etat Palestinien

Le président Trump a affirmé que Jérusalem allait « rester la capitale indivisible d’Israël ». Mais il a également assuré qu’un futur Etat palestinien pourrait avoir sa capitale, Al-Qods, à Jérusalem-Est.

Le Premier ministre Binyamin Netanyahu présentera la proposition d’annexer les colonies israéliennes en Judée, en Samarie et dans la vallée du Jourdain au cabinet dimanche prochain, conformément au plan de paix que le président Trump a présenté le 28 janvier. Abu Dis, au sud de Jérusalem, est désignée comme la capitale du futur État palestinien à établir après des négociations avec Israël.

Le sort des réfugiés

« Les réfugiés palestiniens auront le choix entre vivre dans le futur Etat palestinien, s’intégrer dans les pays où ils résident actuellement, ou s’installer dans un pays tiers », affirme la Maison Blanche.

Donald Trump a voulu enterrer le droit des réfugiés palestiniens à rentrer sur le sol israélien s’ils appartiennent à des familles qui ont fui ces terres notamment lors de la guerre de 1967.

Source : Europe Israel

Sur le même thème :

 


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail