Partager :

">

Partager :

" />

Nouvelle campagne du CNEF : « Libre de le dire »

« Libres de le dire » est une campagne en faveur de l’exercice effectif des libertés d’expression et de conscience en France. Au-delà des principes que personne ne conteste, il s’agit de répondre aux nombreuses questions pratiques que suscitent actuellement l’expression des convictions en France, pour les croyants mais aussi pour les non croyants.

Mis en ligne le 19 février 2015 Imprimer Imprimer

Comment exprimer librement ses convictions mais aussi les vivre pleinement, aujourd’hui en France ? Comment concilier la diversité inhérente à notre société et la laïcité de l’État et des collectivités publiques ? C’est la nouvelle campagne du CNEF avec un site dédié.

Individus et groupes, de toutes cultures, confessions et opinions se côtoient et sont appelés à vivre ensemble. La richesse de la société provient de l’expression paisible de cette diversité. C’est la clé d’un pluralisme nécessaire à la démocratie. L’État laïc se pose alors en chef d’orchestre de cette diversité, pour le maintien de l’ordre public et le respect des libertés de chacun.

Si la République française est laïque, la société française ne l’est pas.

Livre Libre de le direLa neutralité religieuse est une obligation qui pèse sur l’État et les collectivités publiques ainsi que sur leurs agents dans le cadre de leurs fonctions.

Un espace de dialogue et de débat est en effet toujours ouvert lorsque l’on respecte la liberté de l’autre. Croyants et incroyants peuvent donc exprimer, échanger, communiquer et vivre en accord avec leurs convictions dans un État de droit, pour autant qu’aucun d’eux ne fasse barrage à l’expression de l’autre et au respect de l’ordre public.

Lire la suite sur le nouveau site dédiéhttp://libredeledire.fr/

Un nouveau livre « Libre de le dire » est disponible à la librairie CLC

Ecouter l’intervention de la juriste du CNEF sur Radio Notre Dame

____________________________

Point de vue
« Libres de le dire », nous le proclamons depuis quelques mois, et la Convention nationale 2015 a été une occasion de le proclamer de multiples façons, alors que l’actualité de ce mois dernier a donné à ce thème un relief particulier. Notre société insiste beaucoup sur la liberté individuelle tout en stigmatisant ceux qui ne s’alignent pas sur la pensée dominante. Nous observons une forme de dictature du « politiquement correct » et de la conception matérialiste de l’existence. Ceux qui soulignent la dimension spirituelle sont suspectés de fanatisme et au mieux tolérés avec condescendance.

En rappelant que nous sommes « Libres de le dire », le CNEF encourage les chrétiens à affirmer leur foi dans l’espace public sans complexes. Oui, nous sommes libres de le dire dans notre pays, même s’il en coûte quelquefois.

Mais retournons la question : Sommes-nous libre de ne pas le dire ?

L’apôtre Pierre répondait sans hésiter : « Quant à nous, nous ne pouvons garder le silence sur ce que nous avons vu et entendu » (Actes 4,20).

Oui, nous sommes des témoins de l’œuvre de salut de Dieu pour ce monde déboussolé, des porteurs d’un message de réconciliation, d’amour et de paix. Ne nous laissons pas intimider par ceux qui veulent imposer la dictature du « politiquement correct ».

L’exemple de Pierre nous impressionne, mais tous ceux que Dieu a envoyés n’ont pas toujours été aussi courageux. Jonas a franchement refusé jusqu’à ce que Dieu le ramène de force à sa mission, et Moïse a bien résisté avant d’accepter la sienne.

Notre culture est marquée par l’héritage des valeurs chrétiennes, même si beaucoup en renient la force. Il y a certainement plus de terrains communs avec nos concitoyens qu’il n’y paraît à première vue. Prenons exemple sur Paul qui a exploité la religiosité des athéniens pour présenter le message de l’évangile (Actes 17). Certes seuls quelques-uns ont reçu le message, mais beaucoup l’ont entendu.

Nous sommes libres de le dire, alors proclamons-le sans complexes :

Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils, son unique,
pour que tous ceux qui placent leur confiance en lui
échappent à la perdition et qu’ils aient la vie éternelle (Jean 3.16)
Pierre JEUCH
Trésorier du CNEF
Source : CNEF

Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail