Partager :

">

Partager :

" />

Norvège : Les évêques luthériens disent oui au mariage homosexuel

En 2014, les unions religieuses homosexuelles avaient été rejetées par l’Eglise luthérienne. Mais en septembre dernier, le courant libéral s’est imposé lors des élections ecclésiastique, changeant ainsi la donne.

Mis en ligne le 25 novembre 2015 Imprimer Imprimer

En Norvège, les évêques de l’Eglise luthérienne sont prêts à bénir les couples gays. Le 30 octobre, à l’issue d’une réunion de plusieurs jours, les douze évêques ont appelé le synode à adopter une nouvelle liturgie pour célébrer le mariage homosexuel. Ils soulignent toutefois que chaque pasteur doit pouvoir refuser la célébration de telles unions. La décision finale devrait être tranchée en 2016, lors d’un synode qui se tiendra du 6 au 12 avril à Trondheim.

Source : Evangeliques.info
.
Sur le même thème :

A lire : 

La bénédiction des couples de même sexe en débat

Deux théologiens français, un réformé et un évangélique, précisent les fondements de leur positionnement.

Après la décision du synode de Sète de l’Église protestante unie (EPU) d’ouvrir la possibilité aux Églises locales de bénir des couples de même sexe, le débat s’est poursuivi.

Livre LesCouplesHomosexuels_Ch.NicolasEn interne, certains ont regretté la façon dont le débat a été conduit, mais ce sont surtout les relations avec les autres Églises qui ont été impactées. Des Églises locales évangéliques ont rompu les relations qu’elles entretenaient avec certaines Eglises de l’EPU. La question a touché la Fédération Protestante de France au point que certains ont demandé que soit « explicité le sens du terme “communion” dans la charte au sein de la FPF ». Le débat doit être repris lors de sa prochaine assemblée générale en janvier 2016.

Dans ce cadre, nous pouvons saluer la parution d’un livre* qui approfondit le dialogue sous la forme d’un échange épistolaire entre deux pasteurs. Élian Cuvillier est professeur de théologie de l’Église unie à Montpellier, et Charles Nicolas aumônier hospitalier et formateur théologique, membre de l’Union des Églises réformées évangéliques. (Réforme du 5/11/15)

Pour le pasteur Charles Nicolas, le co-auteur évangélique : « Ce livre ne traite pas principalement de l’homosexualité, mais plutôt des questions que pose la décision du Synode EPU de Sète en mai dernier, en rapport avec l’autorité des Ecritures, avec la foi, avec la place des questions éthiques dans la vie chrétienne, avec la communion que nous avons ou n’avons pas quand des divergences importantes sont révélées.
Le dialogue est cordial mais pas consensuel.

Les Protestants « progressistes » sont persuadés que les Evangéliques sont seulement plus frileux, plus lents à évoluer. Dans quelques années, ils auront adopté les principes qu’ils refusent aujourd’hui.
Ont-ils raisons ?

Mon souhait, c’est que les Evangéliques se rendent compte où cela peut mener, quand on commence à relativiser l’enseignement de la Bible, quand les outils des Sciences humaines prennent toute la place…

La décision du synode de Sète a seulement fait clignoter une lumière rouge sur le tableau de bord.
Il fallait s’arrêter pour voir ce qui se passe… »


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail