Partager :

">

Partager :

" />

Non aux infanticides néo-nataux

Chaque année, de nombreux enfants naissent vivants lors d’avortements. Une action est lancée auprès du Commissaire aux droits de l’homme

Mis en ligne le 28 novembre 2014 Imprimer Imprimer

Le Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ)* nous invite à nous mobiliser et à interpeller l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe pour garantir les droits fondamentaux des nouveaux-nés à travers cette pétition :

http://citizengo.org/fr/13818-condamnation-des-infanticides-neonataux

Chaque année, de nombreux enfants naissent vivants lors d’avortements, en particulier quand ils sont pratiqués au-delà de la 20ème semaine de grossesse. Ces enfants sont le plus souvent abandonnés à la mort sans soins, luttant pour respirer pendant parfois plusieurs heures, ou tués par injection létale ou asphyxie, puis jetés avec les déchets biologiques.

Le 19 novembre, veille de la journée internationale des droits de l’enfant, le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe a fait savoir qu’il estime que la pratique de l’infanticide néonatal ne relève pas de sa compétence et refuse de rencontrer des ONG désireuses de l’informer à ce sujet. En juillet 2014, le Comité des Ministres ne parvenait pas à se prononcer sur ce même sujet. L’ECLJ appelle à saisir l’Assemblée parlementaire.

Par un courrier du 1er novembre, quatre organisations non gouvernementales (le Bureau international catholique de l’enfance, l’Union mondiale des organisations féminines catholiques, la Fédération des associations familiales catholiques en Europe et le Centre européen pour le droit et la justice) ont demandé à M. Nils Muižnieks, le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, de le rencontrer pour lui remettre un dossier exposant le sort des enfants nés vivants après un avortement.

Ces faits sont attestés par des données officielles et des témoignages de sages femmes. Une étude publiée dans le British Journal of Obstetrics and Gynaecology a conclu qu’à 23 semaines de gestation, le taux d’enfants survivant à l’avortement atteint 10%.

Laisser des enfants agoniser sans soins, ou les tuer, simplement parce qu’ils ne sont pas désirés, est inhumain. C’est pourquoi, ces ONG voulaient rencontrer le Commissaire aux droits de l’homme pour lui demander de réaffirmer que tous les êtres humains nés vivant, ont le même droit à la vie et aux soins de santé, sans discrimination fondée sur les circonstances de leur naissance, conformément aux droits de l’homme.

L’ECLJ est une ONG chrétienne bien connue pour son action au niveau européen.

Centre Européen pour le Droit et la Justice
4 Quai Koch
67000 Strasbourg
Tél. 03 88 24 94 40
http://www.eclj.org


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail