Partager :

">

Partager :

" />

Noël : état d’urgence pour les chrétiens persécutés

Risques d’attentats élevés, détentions, expulsions… dans de nombreux pays, la période est sous haute tension pour les chrétiens rappelle la mission Porte Ouvertes. Chiffres à l’appui.

Mis en ligne le 21 décembre 2015 Imprimer Imprimer

Alors qu’en France, près de 10 000 soldats devront assurer la sécurité des Français durant les fêtes de fin d’année et notamment celles de Noël, dans de nombreux autres pays, l’état d’urgence est de mise pour les minorités chrétiennes avec un risque d’attentat élevé.

Souvenons-nous : 
– en décembre 2013, en Irak, l’attentat contre une église à Bagdad causait la mort d’une cinquantaine de personnes
– en décembre 2011, au Nigéria, la fête de Noël était endeuillée par une série d’attentats
– en janvier 2011, l’Eglise copte d’Alexandrie célébrait Noël sous haute sécurité après l’attentat perpétré devant l’église d’al Kidissine.
Partout dans le monde, des millions de chrétiens sont persécutés en raison de leur foi. Selon Michel Varton, directeur de Portes Ouvertes France : « La persécution des minorités chrétiennes n’est pas seulement l’affaire des églises, mais celle de tous les défenseurs de la liberté d’expression quelles que soient leurs convictions.  La liberté de croire, à la racine de toutes les libertés, n’a jamais été autant menacée dans le monde ».

Iran : Noël en prison (liste des chrétiens détenus)

Les attentats ne sont que la partie visible de la persécution. Ce Noël, de nombreux chrétiens passeront les fêtes en prison, à l’instar d’une centaine de détenus en Iran. Accusés pour la plupart du crime d’apostasie, ils font face à de nombreuses violations de leurs droits : tortures psychologiques et physiques, menaces  d’exécution… (Voir la liste)

Les chrétiens persécutés dans plus de 50 pays
Les chrétiens iraniens ne sont pas les seuls à faire face à l’oppression constante et quotidienne d’une société qui les rejette : au Pakistan, Asia Bibi croupit en prison depuis novembre 2010, en Corée du Nord, ils sont aussi détenus par dizaines de milliers dans des camps de travail… En Erythrée, on les enferme dans des conteneurs métalliques.
Enfin, cette célébration de Noël ne peut se faire sans penser aux réfugiés irakiens et syriens, aux chrétiennes kidnappées par le groupe islamiste Boko Haram au Nigéria et à toutes celles et ceux marqués par les traumatismes de la persécution.
.
Source : Portes Ouvertes

Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail