Mémoire : l’Eglise catholique d’Allemagne confesse sa « complicité » avec le régime nazi

Dans un rapport publié le 29 avril, les évêques allemands ont condamné la position ambivalente de l’Eglise catholique vis-à-vis du régime d’Adolf Hitler. Pour eux, dans la mesure où les évêques ne se sont pas opposés à la guerre avec un « non » clair, ils se sont rendus complices de la guerre.

Mis en ligne le 11 mai 2020 Imprimer Imprimer

Après des décennies de silence, l’Eglise catholique en Allemagne a évoqué pour la première fois « une confession de culpabilité » sur son rôle dans l’Allemagne nazie pendant la Deuxième Guerre mondiale. Dans un rapport publié le 29 avril, les évêques allemands ont condamné la position ambivalente de l’Eglise vis-à-vis du régime d’Adolf Hitler, rapporte The Times.

« Dans la mesure où les évêques ne se sont pas opposés à la guerre avec un « non » clair, et la plupart d’entre eux ont renforcé la volonté [de la nation allemande] de perdurer, ils se sont rendus complices de la guerre », indique le rapport du Conseil des évêques catholiques d’Allemagne.

« Les évêques n’ont peut-être pas partagé les justifications idéologiques de la guerre par le régime Nazi, mais leurs mots et leur image ont aidé les soldats et le régime à poursuivre la guerre, donnant un sens supplémentaire à la finalité du conflit », poursuit le rapport. Heiner Wilmer, évêque de Hildesheim et chef de la commission des affaires étrangères de la Conférence épiscopale allemande souligne également que si le point de vue des évêques sur les événements a changé au cours de la guerre, « ils n’ont pas prêté suffisamment d’attention aux souffrances des autres ».

Le rapport suggère que la lâcheté de nombreux chefs religieux était motivée par un nationalisme et un sentiment anticommuniste, ainsi que le désir de protéger l’Eglise en évitant une confrontation avec l’État nazi, rapporte Premier.


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail