Luther n’a pas choisi au hasard le 31 octobre pour afficher ses « 95 thèses »

En proclamant ses « 95 thèses » un 31 octobre, veille de la Toussaint, le moine allemand s’était assuré qu’elles rencontrent le plus large écho possible. Il ne faudra que deux semaines, pour que les thèses fassent le tour de l’Europe.

Mis en ligne le 31 octobre 2017 Imprimer Imprimer

Si, contrairement à d’autres réformateurs qui l’ont précédé à l’instar de Jan Hus et John Wyclif, Martin Luther est aussi célèbre aujourd’hui, cela ne doit rien au hasard. En proclamant ses « 95 thèses » un 31 octobre, veille de la Toussaint, le moine allemand s’était assuré qu’elles rencontrent le plus large écho possible. Moine angoissé par la question du salut et grand lecteur de l’Apôtre Paul et de saint Augustin, Luther est loin d’être en accord total avec l’Église catholique. Cependant, s’il veut la réformer, il est loin de vouloir se séparer d’elle.

La question de la vente des indulgences qui laisse penser que l’on peut acheter son salut met le feu aux poudres. En 1515, le pape Léon X relance leur vente afin de financer l’agrandissement de la basilique Saint-Pierre de Rome. Les abus du moine dominicain Johann Tetzel pour écouler un maximum d’indulgences poussent Martin Luther, comme Jan Hus avant lui, à dénoncer cette pratique. Le réformateur s’y prend cependant différemment de son prédécesseur, et rencontre plus de succès.

La veille de la Toussaint

Le 31 octobre, le moine de 34 ans affiche sa Disputatio pro declaratione virtutis indulgentiarum (Dispute sur la puissance des indulgences) sur la porte de l’église de Wittenberg, en Saxe. En plus de critiquer le commerce des indulgences, le réformateur accuse alors la position de l’Église catholique sur le salut qui pour lui est lié à la foi et non aux oeuvres. Il s’oppose également au concept de « purgatoire ». Notez que la date choisie par Martin Luther et son geste ne doivent rien au hasard. En effet, le lendemain, les catholiques doivent fêter la Toussaint, date à laquelle des fidèles viennent vénérer des reliques.

En se rendant à la messe, les fidèles, nombreux, prennent connaissance des 95 thèses de Luther. Elles sont alors très rapidement traduites en allemand. Le bouche à oreille fonctionne très bien. Il faut deux semaines, pour que les thèses fassent le tour de l’Europe. Martin Luther provoque ainsi un électrochoc spirituel qui le dépasse et qui provoquera son excommunication quatre ans plus tard. 500 ans après, le protestantisme compte 800 millions de membres. Cela n’aurait peut-être pas été possible si Martin Luther s’y était pris autrement.

Source : Aleteia


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail