Les conversions au Moyen-Orient, marque d’une mutation sociale

De façon générale, le monde arabe s’ouvre. On a tort de penser que le maintien de régimes autoritaires (car les révolutions arabes ont échoué au moins partiellement) sont la marque d’un immobilisme socio-culturel. En réalité les sociétés changent, les jeunes s’ouvrent au monde, les femmes acquièrent une place grandissante dans les mondes académique et du travail, en dépit de rigidités persistantes.

Mis en ligne le 15 novembre 2018 Imprimer Imprimer

Sociologue et politologue, Fatiha Kaouès vient de publier son enquête « Convertir le monde arabe, l’offensive évangélique » (éd. CNRS). Un regard aiguisé sur le développement de la foi évangélique au Moyen-Orient. Entretien.

Quels sont les éléments qui ont motivé votre enquête?
C’est en consacrant un mémoire de recherche de master aux Français de culture musulmane que j’ai rencontré des Franco-Algériens convertis au protestantisme évangélique. Ce dernier faisait alors l’objet d’un nombre croissant de recherches partout dans le monde où il connaît un développement spectaculaire, sauf dans le monde arabe où le phénomène est moins connu et évidemment plus marginal.
Cela m’a donné envie d’en savoir plus. J’ai en outre développé un intérêt personnel depuis fort longtemps pour le Moyen-Orient. Aussi, j’ai décidé de me consacrer à l’étude des conversions à cette mouvance religieuse dans la région.Comment expliquez-vous qu’après des décennies de maigres résultats des efforts missionnaires au Moyen-Orient, les habitants s’ouvrent davantage à la foi évangélique?
C’est lié à plusieurs facteurs. Alors que les missionnaires catholiques ont œuvré pendant la période coloniale, ils ont été considérés comme le prolongement spirituel de l’entreprise de domination coloniale. Aussi, cette œuvre d’évangélisation n’a jamais fonctionné.

Du reste, j’y inclus les missions protestantes traditionnelles qui ont échoué elles aussi !
De nos jours, cette assimilation au colonisateur n’existe plus, d’autant plus que la majorité des organisations missionnaires sont américaines. En outre, la mouvance évangélique, notamment le pentecôtisme, se singularise par sa très grande plasticité qui lui permet de s’adapter à tous les contextes culturels. Enfin, les missionnaires recourent à des formes modernes de communication en phase avec une certaine culture «jeune».

Les printemps arabes ont-ils eu une influence?
Absolument. De façon générale, le monde arabe s’ouvre. On a tort de penser que le maintien de régimes autoritaires (car les révolutions arabes ont échoué au moins partiellement) sont la marque d’un immobilisme socio-culturel. En réalité les sociétés changent, les jeunes s’ouvrent au monde, les femmes acquièrent une place grandissante dans les mondes académique et du travail, en dépit de rigidités persistantes. Les conversions sont l’une des marques les plus frappantes des mutations sociales et culturelles qui agitent le monde arabe.

La littérature évangélique récente met en évidence l’importance des rêves ou des visions dans les conversions des musulmans. Les témoins que vous avez interrogés en ont-ils fait mention?
Oui. En réalité, j’ai rarement rencontré des personnes s’affirmant athées ou agnostiques avant leur conversion. La foi les anime le plus souvent. Lire la suite

Source : Christianisme Aujourd’hui

Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail