Les barbaries passées peuvent se reproduire

La seule façon de résister à la proposition dangereuse (…) selon laquelle la valeur d’une vie est simplement basée sur son potentiel de jouissance (qui influence de plus en plus la société) est de continuer à croire en une véritable compassion, en la solidarité et en l’égalité absolue de tous. L’affirmation selon laquelle certaines vies humaines n’ont pas d’importance ou qu’elles ont moins de valeur que d’autres est aujourd’hui de plus en plus acceptée dans la société.

Mis en ligne le 3 juillet 2020 Imprimer Imprimer

« L’affirmation selon laquelle certaines vies humaines n’ont pas d’importance ou qu’elles ont moins de valeur que d’autres est aujourd’hui de plus en plus acceptée dans la société », affirme Calum MacKellar, directeur de recherche du Scottish Council on Human Bioethics. « Ainsi, il est suggéré que si une vie n’atteint pas un certain seuil de qualité minimum ou n’est pas jugée digne d’intérêt, elle ne devrait pas être créée ou devrait être supprimée ». Pour illustrer son propos, l’éthicien rappelle qu’en 2019, en Angleterre et au Pays de Galles, 656 avortements ont été pratiqués sur des fœtus porteurs de trisomie 21, et 17 en raison d’une fente labiale ou palatine.

Pour Calum MacKellar, « cette façon de penser n’est cependant pas nouvelle ». Au début du XXe siècle, « en particulier dans des pays comme l’Allemagne », beaucoup ont accepté le concept d’une « vie indigne de la vie », introduit en 1920 par le psychiatre Alfred Hoche et l’avocat Karl Binding. Légitimant ainsi l’eugénisme (bonne naissance en grec) : « veiller à ce que seules certaines personnes ayant une vie de qualité naissent », et le fait d’« accepter que certaines personnes ayant une vie inférieure ou dénuée de sens meurent par euthanasie (bonne mort en grec) ».

Avec le temps, les « conséquences brutales et barbares » de cette « vision « bienveillante » » se sont révélées. « Puisqu’il était convenu, par principe, que certaines vies n’avaient aucune valeur, il était considéré comme acceptable de mettre fin à ces vies même après la naissance. » En outre, « s’il est possible d’évaluer si une vie est indigne de la vie, il faut aussi pouvoir noter chaque vie en société en fonction de sa qualité et de la quantité de plaisir qu’elle procure, estime Calum MacKellar. Mais cela signifie alors que la vie de chaque personne devient inégale en valeur puisque ceux, par exemple, qui sont vulnérables et qui souffrent peuvent être considérés comme ayant moins de valeur. Cela peut même signifier que seuls les jeunes, les intelligents, ceux qui réussissent, les beaux, les forts et les heureux peuvent être considérés comme ayant le droit de profiter de leur vie. »

Le chercheur avertit : « Les personnes fragiles, les faibles (…) pourraient même être considérés comme un fardeau pour la société et mériter d’être « mis à l’écart » par « compassion » afin de « nettoyer » la société de la souffrance ». Et « qui va décider de la valeur d’une vie » ? interroge-t-il. « Il ne s’agira certainement pas des faibles et des sans défense » prévient Calum MacKellar. Pour lui, « la seule façon de résister à la proposition dangereuse (…) selon laquelle la valeur d’une vie est simplement basée sur son potentiel de jouissance (qui influence de plus en plus la société) est de continuer à croire en une véritable compassion, en la solidarité et en l’égalité absolue de tous ».

Et l’éthicien lance un avertissement : « La clairvoyance et l’humilité exigent également de rejeter l’hypothèse selon laquelle les barbaries passées du début du XXe siècle « ne peuvent pas se produire ici », « ne peuvent pas se reproduire » ou « ne peuvent pas nous arriver » ».

Pour aller plus loin :

Source : Généthique

Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail