Le Maroc devient le 4ème pays arabe à normaliser ses relations avec Israël

Le 10 décembre, le Maroc est devenu le quatrième pays arabe à normaliser ses relations avec Israël, après les Emirats arabes unis et Bahreïn en septembre et le Soudan en octobre. En contre-partie, l’administration Trump a reconnu la souveraineté de Rabat sur le Sahara occidental, un territoire de l’Afrique post-coloniale dont le statut n’est toujours pas réglé.

Mis en ligne le 15 décembre 2020 Imprimer Imprimer

Le 10 décembre, le Maroc est devenu le quatrième pays arabe à normaliser ses relations avec Israël, après les Emirats arabes unis et Bahreïn en septembre et le Soudan en octobre. En contre-partie, l’administration Trump a reconnu la souveraineté de Rabat sur le Sahara occidental, un territoire de l’Afrique postcoloniale dont le statut n’est toujours pas réglé.

Un accord aux enjeux multiples

Officiellement, Israël et le Maroc n’avaient pas de relations diplomatiques mais officieusement, les deux pays entretenaient des relations commerciales et une collaboration entre services de renseignements. Par ailleurs, les détenteurs de passeport israélien étaient acceptés sur le sol marocain, qui compte une importante diaspora juive, précise les Echos. Comme le relèvent de nombreux commentateurs, dont Agnès Levallois dans les colonnes du Christianisme Aujourd’hui, les pays arabes ont besoin d’un partenariat avec Israël pour des raisons sécuritaires face à le menace commune que constitue l’Iran; également en matière de technologie, de santé, de tourisme etc.

Mais à la décision marocaine de reconnaître l’État d’Israël s’adjoint une première dans le monde arabe: l’histoire et la culture de la communauté juive seront bientôt enseignées aux élèves de dernière année de primaire (11 ans) au Maroc. L’influence juive, visible dans l’architecture, la musique, la cuisine, la culture marocaine seront au programme. Ses nouveaux cours s’inscrivent dans une refonte des manuels scolaires initiée déjà en 2014.

Un retour aux origines

« Permettre aux élèves marocains de connaître la totalité de leur histoire de tolérance, y compris le philo-sémitisme marocain, est un vaccin contre l’extrémisme », ont souligné des associations juives dans un communiqué sur Twitter. Cité par l’AFP, un professeur d’histoire spécialiste de la question relève qu’inscrire l’identité juive dans le corpus scolaire « permettra de forger la perception et la construction de futurs citoyens conscients de leur héritage pluriel ».

En 2018, c’est le roi Mohammed VI lui-même qui avait demandé au ministère de l’Education d’inclure la Shoah dans le programme d’études secondaires : « L’histoire que nous enseignons à nos enfants doit inclure une variété d’opinions et d’histoires. L’école doit présenter les plus grands moments de l’Humanité ainsi que les moments les plus sombres », avait alors déclaré le roi.

Au Maroc, la communauté juive reste la plus importante d’Afrique du nord. Elle y est présente depuis l’Antiquité et s’est renforcée avec l’arrivée de Juifs d’Espagne expulsés par les rois catholiques à la fin du Moyen-âge. En 1940, les Juifs représentaient 10 % de la population marocaine, mais beaucoup sont partis suite à la création de l’État d’Israël en 1948.

Source : Évangéliques infos

_________________________________________

Sur le même thème :

 


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail