La Suisse va interrompre son aide à des ONG anti-israéliennes

Les pays européens prennent de plus en plus conscience du fait que pensant aider à la paix et à la coexistence, ils alimentent en fait le terrorisme et la haine à cause de la duplicité de toutes ces organisations qui prétendent agir pour de nobles causes.

Mis en ligne le 24 juillet 2017 Imprimer Imprimer

Le Conseil des Etats, qui est la chambre haute du Parlement suisse a adopté le 12 juillet une mesure qui modifie en profondeur la politique d’aide financière aux ONG qui agissent dans le cadre du conflit israélo-palestinien, et qui se livrent le plus souvent à de l’incitation à la haine, à la violence ainsi qu’à de la propagande antisioniste et antisémite.

Il s’agit une fois de plus du résultat d’un travail de fourmi et de lobbying de NGO Monitor qui dévoile les dessous de cette quantité d’organisations – non-juives ou juives – qui luttent contre Israël sous couvert de défense des droits de l’homme ou de promotion de la paix.

Le texte de loi avait été adopté il y a trois  mois par la chambre basse, le Conseil national, après avoir été présenté par Christian Imark, conseiller de Soleure et membre de l’UDC, parti de droite. NGO Monitor avait démontré qu’il n’existe presque aucun contrôle sur la destination des fonds versés par des pays euoropéens et que ces derniers ne s’intéressaient pas vraiment à savoir qui étaient ces organisations qu’ils aidaient. La nouvelle loi fixe désormais des critères très précis qui justifieront on non le versement d’aide financière suisse à des ONG qui agissent dans le cadre de ce conflit.

Après  cette décision helvétique, le directeur de NGO Monitor, Prof. Gerald Steinberg a noté avec satisfaction que la Suisse est le premier pays d’Europe à adopter une telle loi. Il a indiqué que les pays européens prennent de plus en plus conscience du fait que pensant aider à la paix et à la coexistence, ils alimentent en fait le terrorisme et la haine à cause de la duplicité de toutes ces organisations qui prétendent agir pour de nobles causes.

Les cas récents de la Norvège et du Danemark concernant leur reconsidération de l’aide financière accordée à l’Autorité Palestinienne confirment cette évolution bienvenue.

Source : IPH Info

_________________________________

Sur le même thème :

 


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail