La Réforme pour les nuls

Il y a toujours eu, dans l’histoire de l’Église, des responsables religieux qui ont insisté sur la primauté de la Bible. Si, au sein du protestantisme français, le courant évangélique est aujourd’hui le plus dynamique, il faut se souvenir qu’il en est aussi, quelque part, à l’origine.

Mis en ligne le 3 février 2017 Imprimer Imprimer

Avant même que Luther commence à être lu en France, il existait, au cœur du catholicisme, un mouvement évangélique suscité par un groupe d’influence.
Il s’agit du Cénacle de Meaux, avec à sa tête Guillaume Briçonnet, évêque de Meaux. Autour de lui, quelques hommes (et femmes) remarquables et à l’origine de la Réforme de Calvin : Lefèvre d’Etaples, Guillaume Farel et la sœur du roi de France, Marguerite d’Angoulême.
.

La pré-Réforme

Il y a toujours eu, dans l’histoire de l’Église, des responsables religieux qui ont insisté sur la primauté de la Bible. Dans un premier temps, l’Église en a fait des saints comme Augustin, puis elle en a fait des martyrs. On évoque alors le nom de ces gens dans la catégorie des pré-réformateurs : Pierre Valdo, John Wyclif, Jan Hus, etc. Jusqu’à Luther.
La Réforme va alors profiter du climat de la Renaissance : toutes les sociétés craquent de toutes parts. Les intellectuels se libèrent de la tyrannie théologique et pharisienne du catholicisme et les horizons sont élargis par les grands navigateurs qui démontrent que le monde est plus vaste que pensé. Dès lors, une machine est en marche : le catholicisme monolithique s’effrite.
.

Les étapes à retenir

1177
Pierre Valdo, marchand de tissus à Lyon, découvre la foi en lisant la Bible. Il fonde une confrérie pour venir au secours des plus pauvres et demande au pape la possibilité de créer un ordre laïque de prédicateurs de l’Évangile. Refus de Rome. Pierre Valdo décide d’outrepasser cette interdiction. Il crée un mouvement de prédicateurs et lorsqu’il est exclu de Lyon par l’archevêque, il cherche refuge en Italie. Les disciples de Valdo deviennent « les Vaudois ».

1377

John Wyclif, en Angleterre, est un théologien et un philosophe qui plaide pour un retour à la Bible. Il est blâmé par le pape mais soutenu par le roi d’Angleterre. Il s’inspire du travail de Valdo et œuvre pour que la Bible soit traduite en anglais. Il meurt en 1388. En 1415, le concile de Constance condamne ses idées comme étant hérétiques. Son corps est exhumé et brûlé.

1415

Jan Hus, à Prague, est brûlé comme hérétique pour avoir prêché sur trois points: Seul le Christ a autorité sur l’Église et non l’Église sur le Christ; le témoignage unique de la Bible; la contestation de la présence réelle du Christ dans l’eucharistie.

1517

Luther, moine augustinien, affiche 95 déclarations qui rappellent l’autorité souveraine de la Bible et les déviances dans l’enseignement (et la conduite) de l’Église romaine.
.

Source : Le Christianisme aujourd’hui

___________________________________

Sur le même thème :


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail