Partager :

">

Partager :

" />

Hôpitaux israéliens : quand les victimes et les terroristes se retrouvent côte à côte

Tandis qu’une vague de violence continue de balayer Jérusalem, les victimes et les terroristes sont souvent surpris d’être réunis côte à côte dans la plus grande salle d’urgence de l’hôpital de la ville.

Mis en ligne le 6 novembre 2015 Imprimer Imprimer

Le Centre Médical Hadassah se targue de laisser la politique à la porte de l’établissement et de traiter les agresseurs palestiniens et les victimes juives de la même façon.
Mais les tensions de la rue transpirent de plus en plus à travers les murs et envahissent les espaces stériles de l’hôpital, et des affrontements entre les familles éclatent jusque dans les couloirs, causant un traumatisme supplémentaire aux blessés.
Ein Kerem le campus de Hadassah est considéré comme un modèle rare de coexistence juive et arabe à Jérusalem profondément divisé, avec une équipe médicale mixte judéo-arabe qui travaille ensemble pour soigner les blessés et infirmes des attentats de Jérusalem.

Faire face à un conflit n’a rien de nouveau. Plus de 20 membres du personnel de l’hôpital ont été tués ou ont perdu un proches parent lors du soulèvement palestinien de la dernière décennie. Ils sont habitués à être clivés et à séparer leurs propres sentiments de la tâche à accomplir dans le traitement de ceux qui souffrent de ce conflit régional depuis des décennies.

Daniel Weiss, l’actuel chef de service de chirurgie A, a déclaré qu’il était « hors de propos » de se demander s’il opérait une victime d’attentat ou un terroriste blessé.
« Nous avons des patients de toutes sortes qui viennent. Cela n’a pas d’importance qui ils sont. Nous les soignons», a-t-il dit. « C’est surréaliste, mais nous sommes comme cela. Juifs et Arabes vivent cette mixité dans les commerces, les entreprises, ils travaillent ensemble vivent ensemble et se trouvent à l’hôpital ensembles. »

C’est un sentiment partagé par Ahmed Eid, directeur de la chirurgie au Mont Scopus campus de Hadassah. Lundi, Eid, un Arabe israélien, a opéré et sauvé la vie d’un garçon juif de 13 ans qui a été poignardé dans la région de Jérusalem-Est de Pisgat Zeev et est arrivé à l’hôpital avec un pouls à peine perceptible après avoir perdu de grandes quantités de sang .
« Telle est la situation, et c’est devenu très courant pour nous », a-t-il dit. « ce qui se passe dans le pays nous affecte aussi, mais ça n’a pas d’influence sur notre métier de médecin. Hadassah est un endroit très spécial. »

Les couloirs de l’hôpital sont remplis de femmes portant des robes et des foulards islamiques traditionnels qui marchent aux côtés de juifs ultra-orthodoxes et de patients la tête couverte d’une kippa juive. Mais cet idéal de proximité entre Arabes et Juifs, inséparables à l’hôpital comme à l’extérieur ne convient pas à tout le monde.

Odel Bennett, sérieusement blessée est hospitalisée à l’Hadassah depuis qu’un Palestinien a poignardé son mari Aharon à mort le 3 octobre, et blessé légèrement leur fils de 2 ans Natan. L’attaquant a poignardé un autre homme israélien à mort qui tentait de lui venir en aide avant d’être abattu.
La jeune veuve de 22 ans se souvient de ses appels à l’aide qui ont été raillés par les commerçants arabes locaux, qui se moquaient d’elle et lui ont dit de «mourir» alors qu’elle demandait de l’aide un couteau planté dans son dos.

Lire la suite sur Jforum


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail