Partager :

">

Partager :

" />

Europe : une résolution sur la lutte contre l’intolérance et la discrimination notamment contre les chrétiens

L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe invite les Etats membres à respecter la liberté de conscience et de permettre aux chrétiens de participer pleinement à la vie publique.

Mis en ligne le 26 février 2015 Imprimer Imprimer

L’Assemblée parlementaire vient d’adopter une résolution sur la lutte contre l’intolérance et la discrimination en Europe, avec un accent particulier sur les chrétiens.

Extraits
1. L’intolérance et la discrimination fondées sur la religion ou la conviction touchent des groupes religieux minoritaires en Europe, mais aussi des personnes faisant partie des groupes religieux majoritaires. De nombreux actes d’hostilité, de violence et de vandalisme contre des chrétiens et leurs lieux de culte ont été recensés ces dernières années, mais ils sont souvent insuffisamment pris en considération par les autorités nationales. L’expression de la foi est parfois limitée de manière injustifiée par des lois et politiques nationales qui ne permettent pas de faire une place aux convictions et pratiques religieuses.

2. L’aménagement raisonnable pour les convictions et pratiques religieuses est un moyen pragmatique de garantir la jouissance pleine et effective de la liberté de religion. Appliqué dans un esprit de tolérance, ce concept permet à tous les groupes religieux de vivre en harmonie, dans le respect et l’acceptation de leur diversité.

Conseil de l'Europe23. L’Assemblée parlementaire a rappelé à plusieurs reprises la nécessité de promouvoir la coexistence pacifique des communautés religieuses dans les Etats membres, notamment dans sa Résolution 1846 (2011) «Combattre toutes les formes de discrimination fondées sur la religion», dans sa Recommandation 1962 (2011) sur la dimension religieuse du dialogue interculturel et dans sa Résolution 1928 (2013) «Sauvegarder les droits de l’homme en relation avec la religion et la conviction, et protéger les communautés religieuses de la violence». 4. La liberté de pensée, de conscience et de religion est protégée par l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme (STE n° 5) et est considérée comme l’un des fondements d’une société démocratique et pluraliste. L’exercice de la liberté de religion ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires dans une société démocratique.

Voir le texte complet de la résolution cliquez ici.

Source : Conférence des Eglises Européennes


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail